Connexion

Syndicate content

Indiana Jones se trompait : le Saint Graal est en Espagne

mardi, 6 mai, 2014 - 16:03

Le Saint Graal, la coupe utilisée par le Christ lors du dernier repas, se trouverait dans la basilique San Isidro de Leon, au nord de l’Espagne selon deux historiens espagnols. Depuis cette révélation, la petite église attire les curieux venus du monde entier fascinés par cette relique comme Indiana Jones.

Des dangers à tous les coins de rue, des nazis qui vous poursuivent pour vous tuer (ou tout au moins essayer), des cascades, des sauts… Tout cela fait partie, comme on le sait, des films d’Indiana Jones. Ses aventures le conduisent bien souvent dans des situations compromettantes. C’est le cas dans Indiana Jones et la dernière croisade, où "Indy" part à la recherche du Saint Graal au Moyen Orient.

Mais ce que ne savait pas Steven Spielberg à l'époque, réalisateur du film, c’est que le précieux calice ne se trouvait pas en Orient mais en Espagne, selon les enquêtes -moins mouvementées et plus conventionnelles- de deux historiens espagnols. Ils viennent de publier un livre "Les rois du Saint Graal". Le recueil en était déjà à sa troisième édition, les semaines suivant sa parution, ce qui est exceptionnel pour un livre d’histoire dans le pays. Mais dés que l'on évoque le Saint Graal, le succés de librairie est assuré, en témoigne le Da Vinci Code.

D'après eux, le calice considéré par les chrétiens comme étant celui de la Cène, depuis le IVème ou Vème siècle, constituerait en fait la partie supérieure d’une coupe connue appartenant à l’infante Doña Urraca, fille de Ferdinand Ier Le Grand, roi de Leon de 1037 à 1065. Elle est exposée dans la basilique San Isidro de Leon au nord du pays. Comment en sont-ils arrivés à cette conclusion?

Notre travail est fondé sur des recherches et des textes, pas sur des légendes",

révèle l’un des auteurs, l’historien José Manuel Ortega del Río.

Nous avons consacré trois ans exclusivement à cette enquête. Aujourd’hui, grâce à Internet, les recherches sont beaucoup plus faciles qu’avant. On a plus besoin de voyager pour consulter les documents. J’ai travaillé sans même sortir de ma ville, Valladolid."

La coupe de l’infante Doña Urraca, point de départ

Il y a toujours eu des questions autour du calice de Doña Urraca : Pourquoi la fille d’un roi aurait-elle donné ses pierres précieuses pour décorer une coupe cassée (il lui manquait un éclat)? Ma collègue, Margarita Torres (historienne et co-auteur du livre) avait déjà entamé des recherches à ce sujet. Nous avons trouvé des textes qui démontrent que le calice a été envoyé par le Christ de Jérusalem au Caire, puis en Espagne. Nous savons, grâce à ces mêmes textes, qu’il a eu une grande famine en Egypte en 1055 et que l’émir d’Egypte a demandé de l’aide. L’émir de Denia, (Valence) a répondu favorablement à cet appel, lui envoyant une cargaison de vivres,

explique le chercheur.

Pour le remercier, l’émir d’Egypte, à son tour, lui a offert un bateau chargé de cadeaux, dont une coupe sur laquelle les chercheurs ont trouvé une inscription la décrivant comme "la coupe du Seigneur". Plus tard, l’émir de Denia enverra l'objet à son ami de l’émirat de Leon. "C’est ainsi que la coupe serait arrivée ici", explique Manuel Ortega.

En 2010, des historiens ont démonté la coupe de Doña Urraca et ont remarqué qu’il lui manquait un éclat.

"Exactement comme le calice du Christ selon des parchemins égyptiens. Ce que l’on démontre dans notre livre c’est que l’objet qui, vers 400 après JC, était vénéré en tant que calice du Seigneur est en fait la partie supérieure du calice de Doña Urraca",

affirme-t-il.

Près de 200 Graals en Europe

Ornée d’or et de pierres précieuses, la coupe est exposée dans la basilique San Isidro de Leon et, depuis la parution du livre, attire l’attention des curieux et des médias de partout : la BBC, la télé brésilienne et même la télévision nationale chinoise, entre autres…
Selon les deux historiens, rien qu’en Europe, environ 200 coupes seraient présentées comme étant le Saint Graal : "Mais dans notre étude, on dément l’authenticité de certaines d’entre elles".
Une petite correction est à apporter à la série des films d’Indiana Jones:

Dans 'Indiana Jones et la dernière croisade' le Saint Graal serait une coupe en bois, or cela est impossible car l’utilisation des matériaux poreux, dont le bois, étaient proscrits dans les liturgies juives à l'époque",

ajoute le chercheur.

Peut-être aurait-il fallu se documenter un peu mieux Monsieur Spielberg…


Pays