Connexion

Syndicate content

L’Europe desserre son étreinte sur les fonctionnaires

mardi, 22 mars, 2016 - 12:34

Après un gel de cinq ans, le traitement des fonctionnaires français va être revalorisé de 1,2%. Partout en Europe, ceux qui ont été les grandes victimes de l’austérité peuvent enfin négocier des augmentations. 

La bonne nouvelle est tombée la semaine dernière. Pour la première fois depuis 2010, l’indice salarial de la fonction publique va être revalorisé en deux temps, en juillet 2016 et en février 2017. Cette augmentation générale, initialement prévue à 1%, sera finalement de 1,2% et coûtera au budget 2,4 milliards d’€.

Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle a suscité beaucoup de critiques et de protestations. De la part des syndicats qui s’insurgent contre ce qu’ils qualifient d’aumone après cinq ans de blocage des salaires. De la part également des partis d’opposition qui crient à l’irresponsabilité budgétaire de cette mesure jugée purement électoraliste.

Coût élevé, effet limité en France

Force est de constater que son coût n’est pas symbolique en cette période de contrainte budgétaire. Car cette augmentation des rémunérations, certes très limitée, concerne la très grosse majorité des 5,4 millions d’agents publics en France, ceux qui bénéficient du statut de la fonction publique, la situation des 850.000 agents contractuels au regard de cette décision étant en effet variable. D’où son coût élevé.

Ses conséquences individuelles sont, elles, plutôt symboliques : selon le ministère de la fonction publique, l’augmentation mensuelle brute pour un titulaire ayant dix ans d’ancienneté sera de 19,5 € pour un policier et de 26 € pour un enseignant. Et ce coup de pouce équivaut à peine à un rattrappage puisque le salaire moyen net mensuel des fonctionnaires a diminué de 1,3% entre 2010 et 2013.

Cela dit, les syndicats ont tendance à oublier que les agents publics ont bénéficié récemment de deux dispositifs : une revalorisation en 2014 et 2015 des agents les moins bien rémunérés – un plus d’environ 50 € mensuels pour ces derniers ; et puis, à compter de cette année, une « amélioration des parcours professionnels » qui devrait rapporter, d’ici à 2020, de 40 à 160 € mensuels supplémentaires.

Les fonctionnaires allemands exigent plus de 2,3%

Quoiqu’il en soit, les fonctionnaires français n’apparaissent pas particulièrement privilégiés en Europe. Sans surprise, l’Allemagne est dans ce domaine le pays le mieux loti. Fort d’un excédent public de 16 milliards d’€ en 2015, le pays – gouvernement fédéral et länder – a pu conclure l’an dernier un accord salarial généreux pour 800.000 fonctionnaires fédéraux et les 2,2 millions d’agents publics dans les régions.

Ces agents ont bénéficié d’une revalorisation de 2,1% de leur traitement en mars 2015 et se sont vu garantir une nouvelle augmentation de 2,3% en 2016. Mais cela ne satisfait nullement le grand syndicat des services Ver.di qui, le mois dernier, exigeait 6%. Face au refus du gouvernement, Ver.di demande désormais 3,5% plus une prime de 100 €. Rien n’est pour l’instant réglé et, dans plusieurs länder, des grèves d’avertissement ont eu lieu la semaine dernière.

Les syndicats anglais se rebiffent

Contrairement aux idées que l’on se fait d’habitude concernant le Royaume-Uni, le nombre d’agents publics est aussi élevé dans ce pays qu’en France. Ils sont en effet 5,4 millions outre-Manche même si les fonctionnaires au sens strict, les « civil servants » ne sont que 400.000. Il n’empêche que le gouvernement discute avec les syndicats pour l’ensemble du secteur public.

Ainsi, conformément à la feuille de route fixée il y a trois ans par le gouvernement Cameron, les salaires des agents du secteur de la santé, de l’armée et ceux des employés des autorités locales devraient augmenter de 1% cette année et en 2017 comme au cours des trois années précédentes. Mais le syndicat des agents des administrations locales refuse pour l’instant cette offre compte tenu des baisses de revenus subies par leurs membres en 2011 et 2012.

Enfin des bonnes nouvelles au sud de l’Europe

En Espagne, le salaire des 2,2 millions de fonctionnaires est gelé depuis 2009 et le gouvernement socialiste les a même baissé de 5% en 2010. En outre, le gouvernement de Mariano Rajoy a diminué de 340.000 les effectifs de la fonction publique de 2011 à 2013. Mais la croissance et les créations d’emplois sont de retour en Espagne et le président du gouvernement a enfin accepté de jeter du lest pour 2016. Les fonctionnaires seront ainsi augmentés de 1% cette année tandis que les retraites publiques sont revaloriées de 0,25%.

Quant au Portugal, la cure a été encore plus sévère pour les 550.000 agents publics demeurés en poste après les 53.000 mises à pied de 2012/2013. Ils avaient vu leur traitement se réduire de 2 à 12% en 2014 après une baisse de 10% des hauts salaires en 2013. Sous étroite observation de Bruxelles, le nouveau gouvernement socialiste d’Antonio Costa veut rétintégrer un certain nombre d’agents mis à pied et revenir sur les baisses de salaires. Une manière, en somme de les réaugmenter.

En Italie comme en France, le salaire des 3,3 millions de fonctionnaires était gelé depuis 2010. Mais sous pression de la justice qui a déclaré en 2015 illégale la prolongation de ce gel, Matteo Renzi lâche également du lest. Le traitement des agents publics sera revalorisé de 1% cette année et il le sera dans les mêmes proportions les trois années suivantes.

La fin de l’austérité ?

On le constate, les pays qui ont été contraints à des coupes sévères relâchent la pression sans pour autant compenser les pertes de pouvoir d’achat des années antérieures. Même en Grèce, un système très complexe de nouvelle grille salariale vient d’être mis en place pour compenser très partiellement – et sur quatre ans – les coupes de salaires drastiques – de 20 à 40% – appliquées depuis cinq ans. Une sorte de rattrapage qui ne s’appliquera qu’aux fonctionnaires les mieux notés.

Ailleurs, au nord de l’Europe, les politiques de modération salariale et de décentralisation des négociations se poursuivent et, en général, l’évolution des traitements de la fonction publique est parallèle à celle des salaires du privé.

Au Nord de l’Europe, les salaires publics et privés s’alignent

Aux Pays-Bas, par exemple, l’ensemble des salaires nets bénéficie des dernières baisses d’impôts. En Belgique, l’indexation salariale perd du terrain mais elle est restée en vigueur dans la fonction publique sauf en 2015 où elle avait été suspendue. Du coup, cette année, les fonctionnaires belges devraient bénéficier d’une augmentation de 2%. A noter que celle-ci atteindra 2,4% en ce qui concerne les fonctionnaires européens.

On peut donc conclure de ce tour d’Europe que la revalorisation du point d’indice en France est parfaitement dans la ligne de ce qui se passe ailleurs. 




Pays