Connexion

Syndicate content

L’ONU dénonce un climat xénophobe en Europe

lundi, 20 juin, 2016 - 16:04

Alors que l'on célèbre aujourd'hui la journée mondiale des réfugiés, le haut commissaire de l'Onu pour les réfugiés, Filippo Grandi, met en garde le vieux continent contre un climat de xénophobie ambiant.

 

En déplacement en Iran, le diplomate a déclaré que « la responsabilité des hommes politiques devrait être d’expliquer que l’immigration, par certains aspects, contribue en fait au développement des sociétés et que les réfugiés ont besoin de protection. Ils ne constituent pas un danger mais fuient des endroits dangereux ». Pour Philippo Grandi, « ceux qui font le contraire et montent l’opinion publique contre les réfugiés et les migrants créent un climat de xénophobie qui est très inquiétant dans l’Europe d’aujourd’hui ». Le responsable onusien a notamment dénoncé les divisions européennes et les fermetures progressives des frontières nationales, décidées sans concertation afin de fermer la route dite « des Balkans »..

«J'espère qu'à l'avenir l'Europe va reprendre la discussion afin d'avoir un système de gestion de l'afflux des réfugiés plus collectif et collégial, basé sur la solidarité et un partage des tâches entre Etats, plutôt que d'essayer d'agir seuls avec comme résultat quelques pays qui accueillent un grand nombre de réfugiés et d'autres qui ferment leurs frontières», a encore déclaré le haut commissaire aux réfugiés, dans une allusion claire à l'Allemagne, qui a accueilli, à elle seule, plus d'un million de réfugiés au cours de l'année 2015.

2015 signe un record du nombre de déracinés

Les mises en garde de Filippo Grandi, nommé en janvier, prennent un accent particulier alors que l'année 2015 a vu plus de 65 millions de personnes « déracinées » – soit l'équivalent de la population d'un pays comme le Royaume-Uni. Il s'agit d'un nouveau et triste record, en hausse de 9,7% par rapport à 2014, selon le HCR.

Dans le détail, 21,3 millions de réfugiés ont quitté leur pays, et 40,8 millions ont quitté leur foyer sans toutefois franchir les frontières de leur pays. Il s'agit, ici encore, d'un record en termes de « déplacés internes ». En 2015, un humain sur 113 « est aujourd'hui déraciné, il est demandeur d'asile, déplacé interne ou réfugié », selon le HCR.




Mots clés
,
Pays