Connexion

Syndicate content

Migrations intra-européennes : l’Europe de l’Est perd ses cerveaux

mercredi, 20 juillet, 2016 - 21:28

Un rapport du FMI dresse le bilan de 25 ans de migrations à l'intérieur de l'Union européenne, du point de vue des compétences professionnelles. L'émigration des professionnels qualifiés de l'Europe de l'Est vers les pays de l'Ouest a coûté aux premiers.

 

Et si l'immigration rapportait plus qu'elle ne coûte aux pays d'accueil ? Selon les analystes du Fonds monétaire international (FMI), l'émigration des « cerveaux » est-européens a coûté 7% de taux de croissance moyen du PIB à ces pays, entre 1995 et 2012. « Environ 20 millions de professionnels qualifiés, dont la plupart sont de jeunes spécialistes originaires de l'Europe de l'Est, ce qui correspond à la population combinée de la République tchèque et de la Hongrie, ont quitté leur patrie au cours des 25 dernières années à la recherche de meilleures opportunités à l'étranger », note le rapport.

Ces 20 millions de personnes représentent l'équivalent de 5,5% de la population d'Europe centrale et orientale. Des migrants intra-européens qui ont contribué à augmenter la richesse des pays destinataires et de l'Union européenne en général. En revanche, leur départ de leur pays d'origine a ralenti le rattrapage de ceux ci par rapport aux pays de l'Ouest de l'Europe.

Les pays du Sud-Est plus touchés que les pays baltes et d'Europe centrale

Selon le rapport, intitulé « Emigration et son impact économique sur l'Europe de l'Est », « de nombreux migrants étaient bien éduqués et jeunes et leur exode a fortement aggravé des tendances démographiques déjà négatives dans le Sud-Est ». Des professionnels qualifiés qui, une fois installés à l'Ouest, sont très peu nombreux à retourner dans leur pays d'origine. Leur départ a réduit la population active et la productivité des pays d'émigration. Si les tendances des 25 dernières années se poursuivent, l'Europe centrale et orientale pourrait perdre 9% de son PIB.

« En l'absence d'une politique résolue et coordonnée, on risque de voir l'émigration et le ralentissement de la convergence de revenus se renforcer mutuellement », avertit le FMI, qui conseille aux pays d'émigration de renforcer leurs politiques économiques et de privilégier l'investissement sur la consommation.




Mots clés
,
Pays