Connexion

Syndicate content

Les jeunes Européens boivent moins d’alcool

vendredi, 22 juillet, 2016 - 14:26

La proportion d'enfants et d'adolescents européens consommant régulièrement de l'alcool a été divisée par deux en douze ans. C'est au Royaume-Uni que cette tendance est la plus nette.

Un rapport publié par l'organisation mondiale de la santé démontre qu'entre 2002 et 2014, le nombre d'enfants et de jeunes adolescents (âgés de 11, 13 et 15 ans) qui boivent de l'alcool au moins une fois par semaine a été divisé par deux. Selon l'OMS, « plus de 85% des mineurs européens âgés de 15 ans ne boivent plus du tout ». Une tendance à la baisse constatée dans de nombreux pays européens, particulièrement en Espagne, en Suède, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

C'est dans ce dernier pays que, chez les jeunes, la baisse de la consommation est la plus spectaculaire . Une étude du Health and Social Care Information Center britannique montre que le nombre d'adolescents buvant de l'alcool est en baisse constante depuis 2003. Alors que plus de six adolescents anglais âgés de 11 à 15 ans avaient déjà bu de l'alcool en 2003, ils étaient, en 2014, moins de quatre sur dix. Cette chute de la consommation est imputable aux efforts en matière de contrôle de l'âge légal pour consommer de l'alcool. L'identification des consommateurs s'est généralisées dans les lieux de vente et de consommation, qui ont également fortement augmenté leurs prix.

L'influence des réseaux sociaux et des migrations

Selon un autre institut britannique, l'IAS, l'arrivée de minorités ethniques au Royaume-Uni aurait également contribué à faire baisser la consommation moyenne des jeunes. Ainsi, « des données ont prouvé que les étudiants issus d’une minorité étaient capables d’influencer leurs camarades : les enfants fréquentant des écoles où la population de musulmans est importante sont moins enclins à la consommation d’alcool », selon l'IAS.

Le même institut pointe l'influence de l'utilisation des réseaux sociaux sur la consommation d'alcool. Aller boire un verre au pub n'est plus perçu comme la seule occasion de sociabiliser pour les adolescents britanniques, qui trouvent sur les réseaux sociaux de nouvelles activités « plus drôles et plus agréables que boire ». Mais les plus jeunes y sont également plus exposés aux messages encourageant la consommation d'alcool, et plus sensibles à la pression de groupe en ligne. Un message qui rappelle les « apéro Facebook » qui fleurirent, en France, voici quelques années.




Mots clés
,
Pays