Connexion

Syndicate content

Erasmus des apprentis, c’est parti

jeudi, 13 octobre, 2016 - 17:09

Longtemps cantonné aux étudiants de l'université, le programme Erasmus s'ouvre aux apprentis. Une expérimentation dont vont d'abord bénéficier 145 jeunes Européens.

Longtemps annoncé, l'Erasmus des apprentis est enfin sur les rails. Alors que le programme Erasmus, destiné aux étudiants, souffle ces 30 bougies, les apprentis vont eux aussi pouvoir goûter aux joies de « L'Auberge espagnole », du nom du film qui a popularisé le programme auprès de la jeunesse européenne. Sous le patronage de la Commission et du Parlement européen, quelque 145 jeunes apprentis, dont 75 Français, vont pouvoir travailler dans une entreprise dans un autre pays d'Europe que le leur. En parallèle, ils suivront des cours, notamment de langue.

Il ne s'agit, pour l'heure, que d'une expérimentation, qui concerne 12 pays membres de l'UE. A terme, le programme devrait être élargi à l'ensemble des Etats membres, si le succès est au rendez-vous. Afin de financer les bourses des apprentis, la Commission a attribué au programme un budget de 1,8 million d'euros. « Ce programme ne s'adresse pas aux étudiants, mais aux apprentis. Il leur donne la même possibilité de mobilité que des jeunes issus des milieux académiques. C'est pour cela que je le soutiens », a ainsi déclaré Martin Schulz, le président du Parlement européen.

Objectif emploi

Selon l'eurodéputé Jean Arthuis, qui prend l'Allemagne en exemple, « les pays européens les mieux lotis en termes d'emplois des 15-24 ans sont ceux qui ont une grande culture de l'apprentissage ». De fait, c'est en Allemagne, où l'alternance est très développée, que le taux de chômage des jeunes est un des plus bas de l'UE. Il n'est que de 7,2%, alors que la moyenne européenne s'établit à près de 19%.

Les pays du Sud de l'Europe ont, quant à eux, un déficit en matière de formation en alternance. Et ils le paient très cher : les taux de chômage des jeunes sont particulièrement forts en Grèce (50,3%), en Italie ou en Espagne (autour de 40%). « Avec ce projet, nous apportons un début de réponse au chômage des jeunes dans l'UE », veut croire Jean Arthuis.




Pays