Connexion

Syndicate content

Après le Brexit, les banques de la City sur le départ ?

mardi, 25 octobre, 2016 - 12:53

L'incertitude qui plane sur les conditions de sortie de l'Union européenne par le Royaume-Uni fait réfléchir les banques de la City londonienne. Plusieurs départs seraient à l'agenda.

Les banquiers vont-ils faire leurs cartons ? C'est la question qu'à la City, le quartier d'affaires de Londres, tout le monde se pose. Si le Brexit, la sortie de l'Union européenne (UE), ne devrait pas intervenir avant 2019, une rupture brutale du Royaume-Uni avec le continent pourrait contrarier les intérêts des établissements financiers ou de leurs filiales, établis dans la capitale anglaise.

Les banques semblent vouloir prévenir plutôt que guérir, selon l'Association des banques britanniques (British Banker's Association, BBA). « Beaucoup de petites banques prévoient de démarrer les délocalisations avant Noël (2016), les banques plus importantes devraient commencer au premier trimestre de l'année prochaine », a ainsi déclaré Anthony Browne, le directeur de la BBA, au journal The Guardian.

La Défense joue sa carte avec humour

En jeu, la perte du « passeport financier », qui permet aux institutions financières de travailler, depuis Londres, avec l'ensemble des 27 autres Etats membres de l'UE. 20 milliards de livres sterling de services financiers pourraient être perdus, chaque année, si la City n'avait plus accès au marché unique européen.

Face à l'attraction que représente une place financière comme Wall Street, à New-York, le quartier d'affaires parisien de la Défense joue la carte de l'humour. Il vient de lancer une campagne pour attirer les financiers britanniques, avec le slogan : « Tired of fog ? Try the frogs ! », c'est-à-dire « Marre du brouillard ? Essayer les grenouilles », du sobriquet dont les Français sont parfois affublés par les Anglais.




Mots clés
,
Pays