Connexion

Syndicate content

Portugal : vers une taxe sur le soleil et la vue sur mer

mercredi, 9 novembre, 2016 - 12:05

Les Portugais qui habitent un logement ensoleillé pourraient voir leur taxe foncière augmenter de 20%. Une mesure d'équité fiscale, pour le gouvernement, qui ne fait pas que des heureux.

L'imagination fiscale est parfois sans limite. Le projet de budget portugais pour l'année 2017 prévoit ainsi d'instaurer une taxe foncière, indexée sur l'ensoleillement. Une aubaine pour les finances publiques, dans un pays qui compte près de 300 jours de soleil par an. Une mesure d'équité fiscale, pour le gouvernement : « sur le marché, le prix est déjà différent entre un appartement en rez-de-chaussée et un appartement au troisième étage. Donc l'idée est que la taxe reflète aussi cette différence d'ensoleillement. C'est plus juste fiscalement », explique ainsi la députée PS Jamila Madeira.

Dans le détail, l'impôt foncier d'un logement ensoleillé devrait augmenter de 20%, de même que s'il dispose d'une vue sur la mer. Mais certains habitants portugais vont se retrouver gagnants : à condition de « bénéficier » d'une vue sur le cimetière ou d'un logement à l'ombre, leur taxe pourrait baisser de 10%. Finalement, l'opération devrait être nulle pour le budget de l'Etat.

Une taxe déjà existante

En réalité, l'ensoleillement fait déjà partie des critères pris en considération pour évaluer la taxe foncière rattachée à un logement. Celle-ci peut d'ores et déjà fluctuer de l'ordre de 5%. Il s'agit donc, pour les autorités, d'une mesure de justice sociale. Et ce d'autant plus que la taxe ne devrait concerner que les biens dépassant les 600 000 euros, ainsi que les nouvelles habitations.

Mais pour Luis Menezes Leitato, le président de l'association des propriétaires de Lisbonne, « cette taxe n'a aucun sens. Les gens vont payer des taxes sur quelque chose qui ne génère pas de profit ». Quoi qu'il en soit, la taxe d'habitation reste moins élevée au Portugal qu'en France ou en Espagne, et ne devrait donc pas faire fuir les investisseurs étrangers.




Mots clés
,
Pays