Connexion

Syndicate content

Santé : les Européens inégaux

jeudi, 24 novembre, 2016 - 12:44

Si l'espérance de vie des Européens s'allonge, de plus amples efforts en matière de prévention pourraient sauver près d'un million de vies en Europe chaque année.

Un rapport établi par la Commission européenne et l'OCDE détaille les disparités de l'état de santé des habitants des 28 Etats membres de l'Union européenne (UE). Premier enseignement du « Panorama de la santé 2016 », la durée de vie progresse en Europe, et s'établit en moyenne à 80,9 ans. En termes d'espérance de vie, les Français sont presque sur le podium : avec 82,8 ans, ils ne sont dépassés que par les Espagnols (83,3), les Italiens (83,2) et les Suisses.

Malgré une augmentation globale de l'espérance de vie, les conduites à risque ont la vie dure en Europe, et particulièrement en France. Alors que 21 adultes européens sur 100 fument des cigarettes, les Français sont 23 sur 100 à s'adonner au tabagisme. Seuls 18,9% des Belges et 19% des Britanniques fument régulièrement du tabac. Le constat est le même concernant la consommation d'alcool, autre facteur de risque évitable. Si les Européens consomment, en moyenne, 10 litres d'alcool pur par an et par personne, les Français en consomment 11,5 et les Belges 12,6. Les Italiens sont plus modérés, et se contentent de 7,6 litres par an.

La prévention, parent pauvre de la santé

Le rapport estime que les dépenses en faveur de la prévention sont insuffisantes. Elles s'élèvent, en moyenne, à 3% des budgets de santé nationaux des Etats membres de l'UE. La France, quant à elle, ne consacre que 1,9% de son budget de santé à la prévention. Selon l'OCDE, « des politiques de prévention efficaces doivent être poursuivies sans relâche pour réduire encore plus ces facteurs de risque, notamment chez les adolescents, avant que les mauvaises habitudes ne s'acquièrent ».

Enfin, le rapport insiste sur les inégalités d'accès aux soins. Les personnes à faible revenu ou à faible niveau d'éducation ont dix fois plus de chances que les autres de renoncer aux soins, et vivent en moyenne sept ans de moins que les autres. Elles sont également deux fois plus sujettes à l'obésité.

Selon le rapport, « de meilleures politiques publiques de santé et de prévention pourraient contribuer à sauver des centaines de milliers de vies et à économiser plusieurs milliards d'euros chaque année en Europe ». De 500 000 à un million de décès pourraient ainsi être évités, pour une économie de 115 milliards d'euros.




Mots clés
,
Pays