Connexion

Syndicate content

Ex-Yougoslavie : une barre de chocolat provoque une crise diplomatique

vendredi, 30 décembre, 2016 - 11:24

La présidente croate a distribué des chocolats aux écoliers de son pays. Des barres chocolatées fabriquées chez le voisin et ancien ennemi serbe, ce qui a provoqué de vives tensions entre les deux pays.

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Kolinda Grabar Kitarovic croyait bien faire. A l'occasion de la célébration de la bataille de Dubrovnik, ville assiégée par les forces serbes au cours de la guerre en ex-Yougoslavie (1991-1995), la présidente de la Croatie s'est rendue dans une école de la ville. Les enfants ont reçu de ses mains une photo dédicacée et une barre de chocolat.

C'est le père de l'un de ces écoliers qui a révélé le « scandale » sur le réseau social Facebook : les barres chocolatées distribuées par la présidente provenaient de la Serbie voisine. Un message rapidement devenu viral, qui a contraint Kolinda Grabar Kitarovic, membre de l'aile nationaliste du parti de l'Union démocratique croate (HDZ), à présenter ses excuses : « Je suis extrêmement déçue, car personnellement je soutiens la campagne ''Achetons croate''. Il s'avère que les paquets contenaient des produits qui n'ont pas été produits en Croatie. Cela ne se reproduira plus ». La présidente a même promis « d'ouvrir une enquête et de dédommager les enfants en chocolat croate »…

La Serbie critique, la presse se moque

En Serbie voisine, la réaction des autorités croates passe mal : le ministre du Travail serbe a publiquement dénoncé « un exemple de racisme incompréhensible », alors que son homologue au Commerce a regretté l'exacerbation des tensions nationalistes entre les deux pays : « de quelle normalisation des relations parlons-nous si un simple chocolat peut provoquer l'intolérance ethnique ? »

Du côté de la presse balkanique, c'est la consternation qui domine : « ce genre de communication avec les enfants n'est pas digne des présidents européens, même pas des monarques », souligne le Telegram de Zagreb. Pour le titre Politika, de Belgrade, « il faut envoyer les chocolats serbes à Bruxelles et à Strasbourg pour que les bureaucrates européens les goûtent et décident s'ils sont suffisamment européens ». Membre de l'Union européenne (UE), la Croatie a récemment bloqué l'ouverture d'un nouveau chapitre des négociations d'adhésion de la Serbie à l'UE, portant sur l'éducation.




Mots clés
Pays