Connexion

Syndicate content

Glyphosate : pas cancérigène, selon une nouvelle étude

mercredi, 15 mars, 2017 - 17:56

Selon l'Agence européenne des produits chimiques, le glyphosate n'a pas à être classé dans les agents cancérogènes. Une annonce qui relance le débat.

Nouveau coup de semonce dans la guerre qui oppose industriels et défenseurs de l’environnement à propos du glyphosate, cette substance notamment présente dans les pesticides, dont le célèbre Roundup du géant américain Monsanto. L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a annoncé, mercredi 15 mars, qu’elle ne classait pas le glyphosate parmi les agents cancérogènes. « Cette conclusion repose à la fois sur des preuves humaines et sur le poids des preuves tirées de l’examen de l’ensemble des études animales », a ainsi déclaré le président de l’organe d’évaluation des risques de l’ECHA, Tim Bowmer.

Pour rappel, la Commission européenne avait prolongé, en juillet 2016, l’autorisation de la vente du glyphosate de 18 mois. Depuis plusieurs années, les experts et scientifiques s’opposent sur les risques encourus par la manipulation ou l’exposition à ce composé chimique.

Mais un an auparavant, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avait quant à lui classé le glyphosate comme substance « probablement » cancérigène.

Les ONG en colère

Un avis réfuté, sept mois plus tard, par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), selon qui le glyphosate ne représentait pas de danger pour l’homme.

Du côté des ONG et associations de défense des consommateurs, c’est la consternation qui domine. « Pour arriver à ses conclusions, l’ECHA a rejeté des preuves scientifiques flagrantes de cancers chez des animaux de laboratoire, passant outre les avertissements de plus de 90 scientifiques indépendants, et se basant sur des études non publiques commandées par des producteurs de glyphosate », a dénoncé l’ONG Greenpeace dans un communiqué.

L’opinion de l’ECHA sera transmise d’ici l’été à la Commission européenne, à qui reviendra la responsabilité de trancher.




Mots clés
,
Réactions
Pays