Connexion

Syndicate content

Espagne : un exil des habitants ?

mardi, 21 mars, 2017 - 13:37

Entre 2009 et 2017, un million d'Espagnols auraient quitté leur pays, dont 100 000 durant la seule année 2016. La crise économique est passée par là.

Jusqu’à présent, le gouvernement espagnol se refusait à divulguer les chiffres de l’exil économique de ses concitoyens, poussés à l’exil par la montée du chômage et des perspectives économiques bouchées. Les autorités préféraient parler de « mobilité extérieure » afin de minorer le phénomène.

Mais depuis qu’on été dévoilés, par l’Institut national de statistiques, les derniers chiffres tirés du registre des Espagnols inscrits dans les consulats étrangers, le doute n’est plus permis. Au 1er janvier 2017, 2,4 millions d’Espagnols vivaient hors de leur pays, parmi lesquels 100 000 l’ont quitté au cours de la seule année 2016. Ils n’étaient « que » 1,4 millions en 2009.

700 000 Espagnols installés en Europe

Parmi ces exilés, 1,5 millions ont regagné l’Amérique du Nord ou du Sud. Beaucoup d’entre-eux étaient restés en Espagne suffisamment longtemps afin d’obtenir la nationalité et, touchés par la crise immobilière, sont repartis dans leur pays d’origine.

Cependant, les chiffres dévoilés révèlent également que le nombre d’Espagnols « de souche » partis à l’étranger a augmenté. 300 000 d’entre-eux auraient ainsi choisi de s’établir récemment en Allemagne, en France ou au Royaume-Uni.

Selon le démographe Amparo Gonzalez-Ferrer, « ces chiffres sont très inférieurs à la réalité, car beaucoup de gens partant vivre dans un autre pays européen n’ont pas besoin de s’inscrire au consulat, et bien souvent préfèrent ne pas le faire pour conserver des droits en Espagne ». Ils seraient en réalité quelque 700 000 à s’être installés en Europe.


Mots clés
Réactions
Pays