Connexion

Syndicate content

Présidentielle : quel est le programme européen des candidats ? (1/3)

mardi, 18 avril, 2017 - 17:10

A cinq jours du premier tour, passage en revue des programmes des candidats à l'élection présidentielle en matière européenne. Dans ce premier article, tour d'horizon des candidats de droite.

Marine Le Pen

La candidate souhaite abandonner l’euro pour revenir à une monnaie nationale. Si elle est élue à la présidence de la République, « une négociation sera engagée avec nos partenaires européens suivie d’un referendum sur notre appartenance à l’Union européenne (UE) », promet-elle dans son programme.

Nicolas Dupont-Aignant

Le candidat souverainiste ne fait pas mystère de son hostilité à l’UE. Son programme précise qu’il souhaite « remplacer l’UE par une Communauté des Etats européens garantissant la liberté, par l’indépendance de la Communauté vis-à-vis de tout Etat ou organisme tiers, notamment en matière de défense et de politique étrangère ». Nicolas Dupont-Aignant souhaite également mettre en place une « préférence communautaire ».

François Fillon

Le candidat souhaite une Europe des Etats et une refonte des institutions européennes qu’il juge trop fédérales. Il entend notamment, s’il est élu, limiter les compétences de la Commission européenne. François Fillon souhaite doter la zone Euro d’un directoire politique composé des chefs de gouvernement. Sur la politique d’adhésion à l’UE, il veut « en finir avec les élargissements permanents de l’UE. Il est urgent de définir ses frontières ». Selon lui, « la Turquie n’a pas sa place dans l’UE ».

Emmanuel Macron

Se revendiquant « ni de droite ni de gauche », celui qui a donné ses initiales à son propre mouvement politique est le plus euro-béat des candidats en lice. Il entend doter la zone euro de son propre budget, piloté par les ministres des finances de la zone euro, sous le contrôle d’un parlement. Il souhaite aussi proposer « à nos partenaires de lancer dans toute l’UE des conventions démocratiques dès la fin 2017 » afin de définir les nouveaux défis de l’Europe, et envoyer 25% des jeunes français effectuer au moins un semestre à l’étranger d’ici 2022.


Réactions
Pays