Connexion

Syndicate content

L’Espagne aux prises avec la corruption de ses élites

dimanche, 23 avril, 2017 - 14:31

Alors que le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, va comparaître en tant que témoin dans un procès pour corruption, une opération menée cette semaine à Madrid a conduit à une douzaine de nouvelles arrestations.

Mercredi, douze nouvelles arrestations ont été ordonnées par un juge de Madrid dans le cadre d’une affaire de corruption. Les dignitaires du parti conservateur, au pouvoir dans la région comme au gouvernement, sont accusés de malversations autour d’une entreprise publique de gestion des eaux de la région de Madrid.

Selon l’Audience nationale, l’affaire concerne « des opérations menées dans le but de dévier des fonds publics à des fins personnelles ». L’ancien président conservateur de la région, Ignacio Gonzales, figure parmi les personnes interpelées.

Le premier ministre appelé à témoigner, une première en Espagne

Ces arrestations se produisent au lendemain de l’annonce que le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, sera entendu en tant que témoin dans un procès pour corruption. Il s’agit du réseau « Gurtel », qui aurait offert des pots-de-vin et des cadeaux à des élus espagnols en échange de contrats publics.

Alors que Mariano Rajoy dirige le Parti populaire (PP) depuis douze ans et le gouvernement conservateur depuis 2011, l’annonce a fait les gros titres de la presse ibérique. « M. Rajoy sera le premier président de gouvernement en exercice à devoir comparaître comme témoin devant un tribunal », selon l’historien Jaume Munoz, auteur de L’Espagne corrompue.


Réactions
Pays