Connexion

Syndicate content

UE : la Commission veut une Europe plus sociale

samedi, 29 avril, 2017 - 11:12

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté le 26 avril une série de recommandations censées renforcer les droits et protections des citoyens européens.

Il était attendu depuis longtemps. Mercredi 26 avril, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a présenté à Bruxelles le « socle des droits sociaux » européens. Objectif : guider les Etats membres et renforcer les droits des citoyens européens afin de garantir à l’Europe un « triple A social ».

Articulé autour de trois thèmes (mêmes opportunités d’accès pour tous au marché du travail, conditions de travail équitables et protection sociale plus « inclusive »), le « socle social » propose vingt grands principes liés aux salaires, à la santé, aux retraites, etc. La Commission se prononce entre autre pour un salaire minimum dans chaque Etat membre.

« On a fait l’Europe de la paix, on a construit le marché intérieur, on a mis en œuvre la politique agricole commune. Mais on n’a pas voulu faire l’Europe sociale », a déclaré l’eurodéputée Elisabeth Morin-Chartier.

Pas de valeur législative

Attention cependant, ces recommandations sont dépourvues de valeur législatives. « En tant que tel, le pilier (social) n’affecte pas les principes et les droits déjà existants », rappelle la Commission. « Mais il cherche à les rendre plus visibles et plus compréhensibles pour les citoyens ».

Traduction : les Etats membres restent souverains en la matière mais, alors que Marine Le Pen est présente au second tour de l’élection présidentielle française, la Commission a souhaité rappeler aux citoyens que l’Europe s’occupe d’eux.

La seule mesure à valeur législative est celle qui concerne l’égalité des genres, notamment en équilibrant vie professionnelle et vie personnelle, afin d’améliorer la situation des femmes sur le marché du travail. La Commission propose ainsi l’instauration d’un nouveau congé de paternité, d’au moins dix jours, ce qui serait une nouveauté en Allemagne ou en Autriche.


Réactions
Pays