Connexion

Syndicate content

Espagne : « mobilisation permanente » pour le droit à l’autodétermination en Catalogne

vendredi, 22 septembre, 2017 - 07:01

Malgré le refus sans cesse répété de Madrid, le gouvernement séparatiste catalan souhaite toujours organiser le 1er octobre prochain un référendum pour l'indépendance de la région. Hier, des milliers de manifestants étaient dans les rues de Barcelone pour réclamer ce droit à l'autodétermination.

Les esprits s’échauffent, en Espagne, autour du référendum sur l’indépendance de la Catalogne, initialement prévu par le gouvernement séparatiste catalan le 1er octobre prochain. Hier, des milliers de manifestants ont commencé une nouvelle étape de « mobilisation permanente » pour le droit à l’autodétermination qu’ils réclament depuis 2012. Plus de 70 % des Catalans veulent pouvoir s’exprimer dans un référendum, même s’ils sont bien plus divisés sur la question de l’indépendance. La manifestation était une réponse à la vaste opération policière menée par la région, la veille et l’avant-veille.

Les forces de l’ordre ont en effet saisi, mardi et mercredi, près de 10 millions de bulletins de vote ainsi que les convocations qui devaient être adressées à environ 45 000 assesseurs. Elles n’ont en revanche pas encore mis la main sur les urnes elles-mêmes. Le gouvernement catalan a aussi vu ses comptes mis sous tutelle par le ministère du budget afin d’empêcher toute dépense illégale. « Il est évident que nous ne sommes pas en mesure de voter comme d’habitude » a reconnu le vice-président du gouvernement régional, Oriol Junqueras.

Celui-ci a pourtant réaffirmé que l’exécutif catalan organiserait son référendum le 1er octobre prochain, bien que Madrid y soit opposée. Les partisans d’une Catalogne indépendante avaient très clairement affirmé, il y a quelques semaines : « Nous sommes préparés à affronter n’importe quelle éventualité et nous pouvons gérer nos responsabilités. » Les Catalans « peuvent être certains que lorsque nous convoquerons le référendum, celui-ci aura lieu » a même ajouté le chef de l’exécutif régional. Qui a proposé à Madrid « une transition courte » si le oui l’emporte.

C’est en 2015 que s’est esquissée la possibilité d’un référendum. Le 9 novembre de cette année, le Parlement catalan adopte une résolution déclenchant le processus visant à créer une république de Catalogne indépendante de l’Espagne dès 2017. Quelques mois avant, les élections avaient donné aux deux partis favorables à l’indépendance de la Catalogne plus de la majorité des sièges du Parlement régional.

Des résultats logiques au vu de la poussée croissante, les années précédentes, du sentiment nationaliste de la région. Minoritaire jusqu’en 2010, l’indépendantisme politique s’est développé après que le tribunal constitutionnel du royaume espagnol a rejeté, cette année-là, un texte élargissant l’autonomie de la région et reconnaissant l’existence de la nation catalane.

C’est également au nom du respect de la Constitution, garante de la démocratie et de l’unité du pays, que le Premier ministre, Mariano Rajoy, refuse le référendum à venir. Mercredi dernier, il a d’ailleurs demandé aux séparatistes de « renoncer une fois pour toutes à cette escalade de radicalité et de désobéissance ». Sans être entendu visiblement.


Réactions
Pays