Connexion

Syndicate content

L’Europe à la traine sur les énergies vertes

mercredi, 4 octobre, 2017 - 13:58

L'énergie solaire va fortement tirer la croissance des énergies renouvelables au cours des cinq prochaines années, prophétise l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Avec un bémol : le Vieux continent.

 

Un peu d’air… Selon le dernier rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les énergies renouvelables devraient poursuivre leur croissance durant les cinq prochaines années. D’ici à 2022, les énergies alternatives aux ressources fossiles comme le pétrole ou le charbon représenteront 30% de la production d’électricité dans le monde, contre 24% aujourd’hui.

En tout, ce seront quelque 1 000 gigawatts de nouvelles capacités qui seront installés. Une progression qui a poussé l’AIE à revoir ses prévisions à la hausse : la croissance estimée est désormais de 12% supérieure à celle à laquelle les experts de l’Agence s’attendaient il y a seulement un an de cela.

Le boom des énergies renouvelables est en partie portée par l’explosion du solaire, qui a plus que doublé l’an dernier. « Ce à quoi nous assistons, c’est l’avènement d’une nouvelle ère dans le solaire photovoltaïque, s’enthousiasme Fatih Birol, le directeur exécutif de l’AIE. Nous estimons que la croissance des capacités du solaire photovoltaïque sera plus importante que celle de n’importe quelle autre technologie renouvelable d’ici 2022 ».

L’Europe, mouton noir ?

La demande en énergies renouvelables est tirée par les mastodontes que sont l’Inde, la Chine ou les Etats-Unis, ces trois pays représentant les deux tiers de la croissance mondiale des énergies alternatives aux fossiles.

Reste une ombre au tableau : la vieille Europe. Selon l’AIE, la croissance des énergies renouvelables sur le continent va accuser une chute de 40% d’ici à 2022. La faute à une consommation d’électricité moins forte qu’escomptée, qui devrait entrainer des surcapacités.


Réactions
Pays