Connexion

Syndicate content

Impôts : Apple et Amazon vont-ils – enfin – payer ?

jeudi, 5 octobre, 2017 - 14:55

Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la concurrence, a de nouveau sommé les entreprises californiennes de s’acquitter de leurs impôts en Europe. Et demandé au Luxembourg et à l'Irlande d'intensifier leurs efforts afin de recouvrer les milliards d'euros manquants.

Après les mots, les actes ? La Commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, a demandé, lors d’une conférence de presse organisée à Bruxelles ce mercredi 4 octobre, que les entreprises Apple et Amazon remboursent enfin les milliards « d’avantages fiscaux indus » qui leur ont été octroyés à la faveur d’accords passés respectivement avec le Luxembourg et l’Irlande.

Le pays anciennement dirigé par Jean-Claude Juncker – actuel président de la Commission européenne – devra collecter 250 millions d’euros auprès d’Amazon, le géant de la distribution en ligne ayant bénéficié pendant des années de complexes montages financiers destinés à le faire échapper à l’impôt. Trois quarts des bénéfices de l’entreprise en Europe passaient ainsi sous les radars du fisc luxembourgeois.

L’Irlande déçue, la France applaudit

Pour la firme à la pomme, l’addition est encore plus salée. Elle s’élève à quelque 13 milliards d’euros. Ayant son siège européen en Irlande, Apple aurait ainsi bénéficié d’un taux d’imposition sur ces bénéfices européens de 1% en 2003, et même de 0,005% en 2014. Problème, le gouvernement irlandais refuse de recouvrir les montants qui lui sont dus, et ce afin de conserver sur son territoire ses prolifiques entreprises. Mais si Dublin a fait appel de la décision européenne, cela ne dispense pas le pays de réclamer le manque à gagner à Apple.

Or depuis un an, « l’Irlande n’a toujours pas récupéré la somme, ne fût-ce qu’en partie, s’est désolée la Commissaire. C’est pourquoi nous avons décidé aujourd’hui d’assigner l’Irlande devant la Cour de Justice de l’UE pour non-exécution de notre décision ».

Si le ministre irlandais des finances s’est dit « extrêmement déçu », le président français, Emmanuel Macron, a quant à lui salué le volontarisme de Bruxelles : « Bravo à l’Europe qui agit avec détermination pour faire respecter les règles et la justice fiscale ! », a-t-il publié sur Twitter.


Mots clés
, , ,
Réactions
Pays