Connexion

Syndicate content

Italie : vers la reconnaissance d’un « congé animal domestique » ?

jeudi, 12 octobre, 2017 - 14:16

Une Italienne, aidée par une association de protection des animaux, a réussi à obtenir de son employeur un congé de deux jours pour s'occuper de son chien, qui devait subir une intervention chirurgicale. Une première qui pourrait faire jurisprudence.

Que ne ferions-nous pas pour nos chers animaux de compagnie ? Une question d’autant plus prégnante en Italie que le pays compte autant d’animaux domestiques que d’habitants : 60 millions, dont 7,5 millions de chats et 7 millions de chiens.

Employée par l’université romaine de La Sapienza, une Italienne s’est battue pour obtenir un congé afin d’accompagner son chien, qui devait subir une intervention urgente, chez le vétérinaire…tout en étant payée. Sommée par sa hiérarchie de justifier son absence, cette propriétaire s’est tournée vers une association de lutte contre la vivisection, la LAV, dont les membres ont estimé que son cas pouvait être assimilé à un « motif personnel grave ou familial ».

Le code pénal italien sanctionne en effet jusqu’à un an de prison et 10 000 euros d’amende l’abandon d’un animal de compagnie ou le fait de lui faire endurer de « graves souffrances ».

Un cas qui pourrait faire jurisprudence

« Désormais, à condition de fournir les certificats médico-vétérinaires, les personnes qui se trouveront dans cette situation pourront citer cet important précédent », s’est félicité Gianluigi Felicetti, le président de la LAV. « C’est un nouveau pas en avant significatif qui prend acte du fait que les animaux qui n’ont pas de finalité lucrative ou productive sont à tous les égards des composantes de la famille », a-t-il complété.

Cette victoire marque un pas vers la reconnaissance des animaux de compagnie comme des êtres sensibles, dotés de droits particuliers, et ce alors que l’association la LAV avait déjà proposé, en 2008, d’amender le Code civil italien en ce sens.

Réactions
Pays