Connexion

Syndicate content

Autriche : qui est Sebastian Kurz, vainqueur des législatives ?

mardi, 17 octobre, 2017 - 11:24

Le parti conservateur mené par Sebastian Kurz a remporté les élections autrichiennes de dimanche dernier. A seulement 31 ans, Kurz est pressenti pour former et mener une coalition entre son parti, l'OVP et le parti d'extrême-droite, le FPO.

Une allure de jeune premier, les cheveux gominés, la voix posée… A seulement 31 ans, Sebastian Kurz s’est hissé dimanche dernier à la place de plus jeune dirigeant européen, ravissant le titre à Emmanuel Macron. Sa formation politique, le parti conservateur OVP, a obtenu plus de 30% des suffrages exprimés par les Autrichiens.

Ministre depuis six ans, Sebastian Kurz a réussi l’exploit de passer pour un homme neuf auprès des électeurs et de raviver un parti conservateur moribond. « Je veux faire une politique sérieuse, a-t-il déclaré, pas promettre le pays de Cocagne ». De fait, le programme défendu par le parti conservateur a emprunté de larges pans à celui de l’extrême-droite, en faisant de l’immigration le thème clé de ce scrutin : immigration zéro, réduction des aides sociales pour les étrangers, bataille avec Bruxelles et ses « quotas » d’immigrés…

Vers une coalition avec l’extrême-droite

Autant d’arguments qui rendent plus que probable la formation d’une coalition entre le parti conservateur de Sebastian Kurz et celui d’extrême-droite, qui est arrivé deuxième du scrutin, avec 28% des voix – devant le parti socio-démocrate. Le FPO, aujourd’hui dirigé par Heinz-Christian Strache, l’héritier du sulfureux Georg Haider, devrait donc signer son grand retour au pouvoir…sans que l’Europe ne puisse s’y opposer.

Car le rapport de force entre pays européens a désormais changé. Alors que les néonazis d’Alternativ für Deutschland sont entrés au Bundestag allemand, le nouveau pouvoir autrichien devrait probablement se rapprocher des pays dits du groupe de Visegrad, cette coalition d’Etats eurosceptiques et conservateurs menée par Victor Orban en Hongrie ou Kaczynski en Pologne. Face à ce bloc de plus en plus fort, Emmanuel Macron, qui souhaite relancer l’intégration européenne, va avoir fort à faire.


Réactions
Pays