Connexion

Syndicate content

Incroyable mais vrai : l’Europe prolonge l’autorisation du glyphosate pour cinq ans

mardi, 28 novembre, 2017 - 12:57

Les Etats membres de l'UE ont voté lundi en faveur d'une nouvelle autorisation de l'herbicide. La France a voté contre et entend limiter l'autorisation à trois ans au lieu de cinq.

Monsanto 1, Europe 0. Les Etats membres de l’Union européenne (UE) ont voté, lundi 27 novembre, en faveur d’une nouvelle autorisation du glyphosate, l’herbicide controversé notamment commercialisé sous la marque Roundup par la multinationale Monsanto. Le glyphosate est autorisé en Europe pour une période supplémentaire de cinq ans, c’est-à-dire jusqu’en 2022. Et ce malgré les nombreuses études et témoignages démontrant sa dangerosité pour les plantes, les animaux et les humains.

Ce vote constitue une surprise, alors que les discussions sur l’avenir de ce produit s’éternisaient depuis deux ans. 18 pays se sont prononcés pour la prolongation de l’autorisation, dont l’Allemagne, qui s’était abstenue lors du précédent scrutin. « Le vote d’aujourd’hui montre que, quand nous voulons, nous pouvons partager et accepter notre responsabilité collective dans la prise de décision », a déclaré, sans rire, le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis.

Les ONG scandalisées

La France, quant à elle, reste déterminée à sortir du glyphosate « au plus tard dans trois ans », a indiqué le président Emmanuel Macron. « J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que les alternatives auront été trouvées », a twitté le président de la République.

De leur coté, les ONG de défense de l’environnement se disent scandalisées. L’UE a « balayé le principe de précaution et la santé du revers de la main », dénoncent-elles. « Tout convergeait vers une interdiction : la pression des citoyens qui réclamaient la sortie du glyphosate, de nombreuses organisations, dont les associations d’anciens agriculteurs malades, des députés français et européens, le scandale des  »Monsanto Papers », la polémique autour de l’évaluation scientifique… Cela n’aura pas suffit ».


Mots clés
,
Réactions
Pays