Connexion

Syndicate content

La Commission européenne ouvre une enquête contre Ikea

lundi, 18 décembre, 2017 - 15:47

L'exécutif européen soupçonne le géant de l'ameublement d'avoir reçu des avantages fiscaux de la part des Pays-Bas.

Ikea de nouveau dans le viseur de l’Europe. La Commission européenne a ouvert, ce lundi, une enquête à l’encontre du géant suédois de l’ameublement, ou plutôt de sa filiale de franchises Inter Ikea, soupçonnée d’avoir bénéficié d’avantages fiscaux indus aux Pays-Bas.

La Commission, garante du principe de concurrence en Europe, estime que Inter Ikea a pu obtenir « des avantages fiscaux dont ne peuvent bénéficier d’autres sociétés soumises aux mêmes règles fiscales aux Pays-Bas ». Or, selon la Commissaire européenne Margrethe Vestager, « toutes les sociétés, grandes ou petites, multinationales ou non, doivent payer leur juste part d’impôts. Les Etats membres ne peuvent laisser certaines entreprises payer moins d’impôts en leur permettant de transférer artificiellement leurs bénéfices ailleurs ».

Les Pays-Bas, « plus grand paradis fiscal du monde »

Les eurodéputés écologistes se sont félicités de l’ouverture de l’enquête, eux qui ont été à l’origine d’un rapport de 2016 dénonçant la « stratégie de planification fiscale agressive » d’Ikea. Le député vert Sven Giegold a même qualifié les Pays-Bas de « plus grand paradis fiscal du monde entier pour les grandes entreprises ».

L’Union européenne a fait de la lutte contre l’évasion fiscale une priorité. Cinq enquêtes ont d’ores et déjà été conclues à l’encontre de plusieurs pays, dont le Luxembourg ou l’Irlande, sommés de rembourser les avantages fiscaux attribués à des entreprises comme Apple, Amazon ou encore Starbucks.


Mots clés
,
Réactions
Pays