Connexion

Syndicate content

Réseaux sociaux : la France, pays le moins impliqué d’Europe

mercredi, 4 avril, 2018 - 17:43

Le scandale Facebook jette un doute sur la protection des usagers des réseaux sociaux. Leur audience pourrait s’en ressentir. Notamment en France où elle est déjà la plus faible d’Europe et où l’usage global de l’internet est moins développé qu’ailleurs.

Depuis le 17 mars dernier, le scandale Cambridge Analytica et le pillage de données de 50 millions de comptes utilisateurs américains a plongé Facebook dans la tourmente.

En l’espace de quinze jours, le cours de l’action Facebook a chuté de 16% entrainant la baisse des titres d’autres géants de l’internet comme Twitter, Google ou Amazon.

Bref, ceux que l’on appelle les GAFA (pour Google, Apple, Facebook, Amazon) traversent une zone de turbulence alors que ces firmes conditionnent désormais la vie quotidienne de milliards d’êtres humains et le fonctionnement des économies.

C’est l’occasion de faire le point sur l’utilisation de l’internet en Europe, une analyse qui recèle quelques surprises. A commencer par ce qui concerne l’utilisation des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, WhatsApp, Instagram…).

Réseaux : la France en lanterne rouge, la Hongrie championne

Selon une étude d’Eurostat concernant l’année 2016, on constate tout d’abord que, pour l’ensemble de l’Union, 65% des femmes âgées de 16 à 74 ans utilisent les réseaux sociaux, soit sensiblement plus que les hommes qui ne sont que 61%.

Cette disparité se retrouve dans tous les pays membres, à l’exception de l’Allemagne. Mais le plus surprenant C’est que ce pourcentage varie du simple au double entre le pays le plus «  accroc » et celui qui l’est le moins.

Ainsi, si l’on considère les pratiques de la population féminine, on compte 85% d’utilisatrices chez le champion d’Europe qu’est la Hongrie. A l’autre bout du spectre, celles-ci ne sont que 49% dans le pays où l’engouement pour les réseaux est le plus faible : la France !

Exigence de confidentialité versus besoin de confiance

Les baromètres montrent que 75% des Français se méfient encore de l’info diffusée sur les réseaux et que 40% s’inquiètent de la sécurité de leurs données.

A l’inverse, les Hongrois en sont fans depuis longtemps car, dixit une spécialiste locale, le communisme a ôté à la population toute confiance dans les structures publiques ou officielles. Un phénomène accentué par le régime autoritaire de Viktor Orban.

De fait, on retrouve un engouement marqué pour les réseaux dans plusieurs anciennes démocraties populaires comme la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie.

A l’ouest, l’usage des réseaux sociaux est très nettement au dessus de la moyenne européenne en Belgique, en Suède, au Danemark ou au Royaume-Uni. En revanche, cet usage est médiocre en Italie et surtout en Allemagne qui ne se classe que 26ème sur les 28 pays de l’Union, pas loin du niveau de la France.

Médias en ligne : les petits pays en pointe

Ils sont tout aussi médiocres – à la 27ème place européenne – concernant la consultation des médias en ligne. Seuls 57% des Français se rendent sur ses sites contre une moyenne européenne de 72%.

Mais nos voisins britanniques et italiens ne sont pas tellement plus intéressés dans un domaine où les pays nordiques et plusieurs pays de l’Est montrent de l’appétit, en particulier les Baltes et les scandinaves.

Nos compatriotes sont également peu habitués à téléphoner via internet mais, à cet égard, Allemands, Italiens ou Espagnols ne font guère mieux.

Achats en ligne : les Français aiment voyager

Dans presque toutes les catégories de produits, les Scandinaves font très volontiers leur marché sur internet mais les pays d’Europe centrale et orientale dominent pour ce qui est des achats de vêtements.

Cette fois encore, les Français ne font pas tellement leurs courses sur Internet mais ils ne sont pas trop mal placés – autour de la moyenne européenne – en matière de voyages, achetés en ligne par plus de la moitié des consommateurs hexagonaux de tourisme.

Pour ce qui est de l’achat de films ou de musique, ils se situent au 12ème rang européen mais, avec 17% d’acheteurs, ils sont très loin des Britanniques, champions d’Europe, qui sont 40% à acheter en ligne de l’image et du son.

L’e-mail universel

Concernant l’envoi d’e-mails, les Français font mieux que la moyenne européenne et ils devancent les Britanniques, les Italiens ou les Espagnols. Cela dit, pratiquement tous les Européens utilisent à plus de 80% le courrier électronique.

En fait, le seul domaine ou les Français font mieux que leurs voisins, c’est celui des opérations bancaires en ligne qu’ils sont 70% à pratiquer, soit la neuvième place européenne.

Sur le podium, Scandinaves, Néerlandais et Britanniques

Globalement, si l’on passe en revue les 12 usages de l’internet examinés par l’institut Eurostat, on constate que la France est devancée par la plupart de ses voisins, l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne et, surtout, le Royaume-Uni.

Ce pays figure en effet dans le peloton de tête en matière d’intensité d’utilisation du Web non loin des trois pays scandinaves ainsi que les Pays-Bas. Seule l’Italie apparaît encore plus à la traine d’internet que l’Hexagone.

Pour les pouvoirs publics français, il y a certainement là matière à réflexion, en particulier dans le développement du haut débit qui reste insuffisant en France.

Au delà des équipements, l’explication de la médiocrité française tient aussi aux caractéristiques culturelles du pays : les Français restent plus méfiants que les autres Européens face aux technologies développées et mises en œuvre par des multinationales américaines… Et le scandale Facebook n’est pas fait pour les rassurer !


Réactions
Pays