Connexion

Syndicate content

Sécurité alimentaire européenne : vers plus de transparence

lundi, 23 avril, 2018 - 10:55

Il sera possible de demander à l'Agence européenne pour la santé des aliments (EFSA) de commander des études supplémentaires "dans les cas de circonstances exceptionnelles, comme un haut degré de controverse autour d'une substance".

La Commission européenne a dévoilé des propositions visant à rendre plus transparent le processus d’évaluation scientifique concernant les autorisations de mise sur le marché des produits pouvant représenter un risque de sécurité alimentaire. La polémique autour du renouvellement de la licence du glyphosate a incité cette réforme, grâce à laquelle « les citoyens auront accès immédiatement aux études scientifiques qui viennent en soutien des demandes d’autorisation », a assuré le commissaire européen à la santé, Vytenis Andriukaitis.

Plusieurs secteurs sont ainsi concernés : les produits phytosanitaires, les organismes génétiquement modifiés, les additifs alimentaires (humains et animaux), les matériaux en contact avec la nourriture ou encore les « nouveaux aliments ».

Une meilleure uniformité des produits

Bruxelles veut également rendre illégale en Europe de l’Est la vente de nourriture et de boissons qui seraient des versions inférieures des produits leader commercialisés par les multinationales. Des centaines de produits sont ainsi concernés, même si les grandes compagnies telles de Coca-Cola, Pepsi, Lidl, Spar et d’autres ont nié écouler des stocks de marchandises de moindre qualité qui présentent des formules différentes de celles vendues ailleurs. Il a, par exemple, été reproché à Persil et Ariel d’écouler une formule de lessive moins efficace dans ces pays.

L’industrie alimentaire insiste depuis des années sur le fait que les différences entre les recettes de fabrication des produits de marque étaient motivées par le désir de s’adapter aux préférences culturelles, et non par des économies de production.


Réactions
Pays