Connexion

Syndicate content

Les minorités redoutent le nouveau gouvernement italien

lundi, 21 mai, 2018 - 13:57

La politique migratoire de l'Italie risque de voir ses budgets à la baisse et la déportation des migrants accélérée.

Les incertitudes subsistent sur la politique européenne du nouveau gouvernement italien dominé par les deux partis « antisystème » de La Ligue et le Mouvement 5 Etoiles. Mais le droit d’asile, l’accueil des réfugiés et les droits des minorités sont déjà une source d’inquiétude pour les populations issues de l’immigration.

La ministre Cécile Kyenge, souvent la cible d’attaques racistes à cause de ses origines congolaises, a exprimé ses craintes de voir la création de nouveaux centres de rétention, promesse faite depuis que les deux partis ont cumulé plus de 50% des votes lors des élections du 4 mars dernier.

« Les Italiens d’abord »

La campagne électorale a été marquée par une stratégie clairement anti migratoire, avec des promesses de débarrasser l’Italie des « délinquants » et de plusieurs programmes d’aide envers les réfugiés. Les nouveaux centres de rétention auront pour but d’accélérer la déportation  de 500 000 immigrés illégaux parallèlement à une nouvelle renégociation de la Convention de Dublin qui garantit que les migrants doivent être suivis par le pays dans lequel ils sont arrivés en Europe.

Enfin, de nouvelles mesures devraient être prises contre les mosquées. Les imams devront ainsi être tous déclarés auprès de l’administration, les mosquées non déclarées seront fermées et la construction de nouveaux établissements religieux sera plus restrictive.


Réactions
Pays