Connexion

Syndicate content

La crise italienne bouscule les marchés

mercredi, 30 mai, 2018 - 16:07

L'incertitude politique et l’échéance de nouvelles élections mettent à mal la dette italienne sur les marchés internationaux.

L’Italie se trouve à nouveau dans une impasse politique qui va entraîner de nouvelles élections et l’incertitude de la positon des partis anti-système vis-à-vis de l’euro alarme les investisseurs et les épargnants. Au centre de ce que certains qualifient déjà de « chaos », la dette italienne est dans la ligne de mire des marchés.

Le « spread », l’écart entre les taux d’intérêt allemand et italien à dix ans, a atteint son plus haut niveau depuis novembre 2013, à 235 points. En deux semaines, il a gagné une centaine de points. La hausse du spread augmente la dette et réduit la possibilité de dépenses dans le champ social.

Une dette colossale

La dette italienne « pesait » fin mars 2302 milliards d’euros, soit presque 132% de son produit inférieur brut (PIB), le ratio le plus élevé en Europe derrière la Grèce, bien loin des 60% imposés par l’Union européenne. Or le programme annoncé par la Ligue et le M5S – dont les principales mesures coûteraient 100 milliards d’euros selon Oxford Economics – ne présentent pas beaucoup d’espoirs en termes de réduction de l’endettement.

Conséquence : l’agence Moody’s a placé la note de la dette italienne sous surveillance en vue d’une éventuelle dégradation. Les banques italiennes sont les premières concernées puisqu’elles détiennent plus de 20% de cette dette selon CMC Markets UK. Par contagion, les taux d’intérêts portugais, grec et espagnols se sont eux-mêmes tendus ces derniers jours.


Mots clés
,
Réactions
Pays