Connexion

Syndicate content

Sally, 63 ans, économise au cas où…

mardi, 9 novembre, 2010 - 15:26

A 63 ans, cette employée d’administration d’une université est partiellement retraitée. Mais elle n’est pas sûre de toucher une retraite pour l’emploi qu’elle occupe encore.

Sally promène son sourire aux quatre coins d’une résidence universitaire du nord de Londres. Toujours d’apparence joyeuse, elle parvient même à garder bonne figure lorsque les locataires se plaignent. Sa bonne humeur est pourtant mise à mal par les projets et récentes annonces du gouvernement.

Je suis très inquiète. Après dix ans ici, je suis normalement à la retraite dans deux ans et demi. Mais l’université veut changer notre programme de retraite et visiblement passer à un système privé. Il est alors probable que je ne toucherai rien pour mes dix premières années ici.

Loin des fastes de la City et des quartiers touristiques du centre de la capitale, les habitants des quartiers populaires du nord et de l’est de Londres luttent pour atteindre la fin du mois, même avec emploi stable. En plus de son salaire mensuel d'un peu plus de 1000 livres sterling (1150 euros), elle touche une première retraite de 376 livres sterling liée à ses dix-sept années passés dans les bureaux d'un hôpital et une seconde retraite de 775 livres sterling accordée par l'Etat aux anciens fonctionnaires.

Cela peut paraître beaucoup mais une fois que j’ai payé mes 500 livres sterling de loyer mensuel et mes 1000 livres sterling d’impôt annuel, il ne me reste plus grand-chose. Tellement peu que j’ai été obligée de prendre pendant sept ans un emploi le soir pour compléter mes revenus.

Pourquoi n’a-t-elle donc jamais pris de retraite privée complémentaire ? « Je n’aurais pas dit non mais je n’ai pas pu et je ne peux toujours pas y souscrire, je n’ai tout simplement pas les moyens. A la place, j’économise le plus possible au cas où je ne puisse compter dans le futur que sur les retraites de mes emplois précédents. » Un avenir pas vraiment rose que les mesures d’austérité annoncées par le chancelier George Osborne mercredi dernier ne devraient pas améliorer.
 


Pays