Connexion

Syndicate content

Les Irlandais manifestent contre l’hyper austérité

samedi, 27 novembre, 2010 - 13:40

De 50 à 150 000 irlandais ont manifesté hier à Dublin contre le plan d'austérité annoncé par le gouvernement dont ils réclament la démission.

Manifester n'est pas dans les habitudes des Irlandais. Pourtant, samedi après-midi, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont battu le pavé à Dublin. 50 000 selon la police, trois fois plus selon les syndicats. Ouvriers, cadres, retraités, professions libérales ont défilé pour exprimer leur refus de "payer pour les banquiers".

Les manifestants, comme la majorité de leurs concitoyens plaident non coupable. Ce n'est pas eux qui ont plongé leur pays dans une crise financière et économique qui a brutalement mis fin au "miracle celtique", mais bien les banques lourdement endettées et sauvées in extremis par l'État. Et maintenant le gouvernement présente sa facture à tous les Irlandais en annonçant un nouveau plan d'austérité encore plus drastique que les précédents.

Réduction des dépenses sociales

Ce plan prévoit 15 milliards d'euros de réductions des dépenses budgétaires et de hausses d'impôts d'ici à 2014. Conséquences:

  • 25.000 emplois publics devraient être supprimés.
  • Les allocations chômage et familiales doivent être réduites.
  • Les retraites des fonctionnaires sont diminuées.
  • Le salaire minimum va, lui aussi, être revu à la baisse.

L'objectif de ces coupes claires: rien de moins que de ramener à 3% du PIB le déficit public irlandais, qui atteint aujourd'hui 32%!

Taux d'intérêt punitif

C'est le troisième plan d'austérité depuis le début de la crise en 2008. Et depuis, le chômage a atteint 15% et la croissance ne donne aucun signe de reprise, bien au contraire. La consommation est en berne et les exportations stagnent. Quant aux grandes entreprises internationales comme Apple, qui avaient fait de l'Irlande leur base arrière européenne, elles ont pour la plupart, plié bagages. Ce plan est "une déclaration de guerre contre les travailleurs les moins bien payés", estime le Siptu, premier syndicat irlandais.

Le recours à l'aide de l'Europe et du FMI, finalement accepté par le gouvernement, est perçu comme une humiliation par les Irlandais. Le montant total de l'aide devrait s'élever à 85 milliards d'euros, avec un taux de prêt de 6,7%, soit plus que les 5,2% demandés à la Grèce. Ce "taux d'intérêt punitif", selon The Irish Independent, est la goutte de Guiness de trop. Les Irlandais réclament sa démission.




Mots clés
, , , , , , ,
Pays