Connexion

Syndicate content

Les Portugais refusent le régime sans sucre pour noël…

lundi, 20 décembre, 2010 - 17:09

Plus catastrophique encore que la crise financière : le risque d’une pénurie de sucre à Noël. Les Portugais en sont tellement accros qu’ils s’alarment devant les rayons vides des supermarchés.

Bec sucré, les Portugais le sont. Et à l’approche de noël c’est la surenchère. Sur la table de la consoada – la veillée de la nuit de noël – on présente des dizaines de desserts. La plupart font la part belle au sucre (la « lamproie d’œufs » c’est 60 jaunes d’œufs et 1 kilo de sucre !). Le sucre, symbole de richesse aux XVII e et XVIIIe siècles quand les plantations de sucre de canne des terres lointaines donnaient à plein.

*Les Portugais en ont gardé le goût lié à l’idée d’abondance. Leurs pâtisseries sont parfois exagérément sucrées, même si tout est une question de goût et de traditions. Et une mère de famille consciencieuse fera provision d’un ou deux kilos "juste pour noël".

Las, voilà que depuis plusieurs jours la denrée est introuvable. Il y a pénurie, et les supermarchés n’ont plus un grain de sucre à mettre en vente. Les rumeurs de rupture des stocks ont provoqué une ruée inhabituelle, entrainant une rupture de stocks quasi totale. Pas question de manquer de sucre pour les fêtes, et malgré un rationnement limitant à 2 kilos par personne, en trois jours les étals des commerçants ont été nettoyés.

Combattre l'amertume

Certains pays producteurs ont réalisé de mauvaises récolte cette année, mais c’est en Europe que les prix sont les moins favorables aux vendeurs. Résultat, le Mozambique, l’un des fournisseurs attitré du Portugal s’est tourné vers d’autres débouchés (Afrique du nord entre autres). La suite est un problème de stockage et de distribution : le réapprovisionnement ne peut pas être réglé en quelques heures.

Le Portugal est, par ailleurs, complètement dépendant de l’extérieur pour ses importations de sucre : l’Union européenne et les accords au sein de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) ont contraint ce petit pays de 10 millions d’habitants à supprimer sa dernière unité de production betteravière. La pression psychologique a fait le reste.

Le ministre de l’agriculture en personne a dû intervenir pour en appeler à la conscience des Portugais afin d’éviter d’aggraver la pénurie. L’APED – L’association portugaise des entreprises de distribution – a rassuré les consommateurs, affirmant que tout allait rentrer dans l’ordre…progressivement. L’approvisionnement se fera, c'est promis, à temps pour Noel, tout le monde l’espère.

Car les portugais tentent de lutter contre l’amertume d’une époque difficile qui voit les files s’allonger devant les soupes populaires. Alors une belle tranche de pain perdue au miel, ou un riz au lait saupoudré de cannelle, ou encore des fils d’œufs au sucre, un gâteau aux amandes…..sont proposés au milieu de dizaines d’autres douceurs. Elles sont exposées toute la nuit de la nativité, "au cas où quelqu’un passerait".

De la douceur pour les bleus à l’âme. Feliz Natal !
 




Mots clés
, , , , ,
Pays