Syndicate content

Vienne capitale de l’art “lomographique”

lundi, 3 janvier, 2011 - 16:53

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Les Viennois l’ont bien compris et une compagnie autrichienne a réédité un vieil appareil soviétique, le Lomo, au charme très vintage. Mais au delà de cet engouement, Vienne avec ses galeries et salles de vente est en passe de devenir la nouvelle capitale de l'art photographique européen.

L’ancienne usine de torréfaction du café, située dans le quartier le plus populaire et cosmopolite de Vienne est sans âme. A l’intérieur pourtant, l’atmosphère est aussi chaude et colorée que le béton des murs est impersonnel. Car c’est ici que s’est installée la société Lomographische AG, une entreprise parmi les plus hype d’Europe, une petite ruche de créativité employant une centaine de passionnés, âgés de 30 ans en moyenne.

La communauté bariolée a initié de toutes pièces, en quelques années seulement, un mouvement photographique international, au succès foudroyant. "Tout a commencé au début des années 90, quand deux étudiants autrichiens en marketing ont déniché à Prague un vieil appareil photo, le LCA", explique Corrina Bauer, chargée d’accueillir les visiteurs.

A l’origine, le LCA avait été produit en Russie, ils l’ont ramené chez eux et ils ont été impressionnés par ce petit appareil compact qui produisait des couleurs incroyables et avait une optique bien particulière, avec un vignettage assez prononcé, c’est à dire que les bords de la photo sont plus foncés et plus flous que le centre. Et avec cet appareil ils ont commencé à photographier de manière très différente.

Les deux Viennois ont vite senti le potentiel commercial de ces images rétro produites par l’appareil vintage et ils ont convaincu le directeur de l’usine Lomo de redémarrer la production, avec un contrat de distribution exclusive à la clé. Depuis, face au succès commercial, la Lomographische AG a décidé de vendre d’autres appareils-jouets sous sa marque. Le "Holga", l’ "ActionSampler", le "Colorsplash" et l’ "Oktomat" sont désormais connus de tous les urbains branchés de la planète, regroupés en communauté sur Internet, car la société a aussi mis en place un site web permettant aux utilisateurs – plus de 500.000 personnes – de partager leurs clichés.


Raz-le-bol des appareils numériques


"On assiste à une saturation des gens face aux produits high-tech et aux appareils photo numériques, qui sont partout, notamment sur les téléphones mobiles, explique Andreas Bischof, responsable du site. Je crois qu’on profite du ras-le-bol. Désormais, les photographes veulent avoir entre les mains quelque chose de spécial".

C'est le come back de l’argentique avec une pellicule, qu’il faut amener au labo pour développement, bref, qui demande un peu de boulot mais avec lequel on tisse une relation affective.

Le succès actuel pour les appareils photographiques anciens confirme cette vogue. Cette année, une galerie de Vienne a vendu un exemplaire unique, un daguerréotype d’origine, daté de 1839, pour la bagatelle de 732.000 euros. Du jamais vu pour un appareil photo. Et les appareils allemands Leica non numériques (dont les mythiques M2, M3 et M4) , bien que moins anciens, sont très recherchés pour le plus grand bonheur du spécialiste Peter Coeln, directeur de la galerie Westlicht.

Ces trois quatre dernières années, dit-il, pour les vrais raretés, les prix se sont envolés de 100%. Et lors de nos dernières enchères, nous avons vendu six Leica à des prix record.

Vienne apparaît de plus en plus comme une nouvelle place forte du marché mondial de la photo. "On se fait une place entre Paris et New York, dans un segment de prix qui restent néanmoins plus raisonnables que ceux de Christies et Sotheby’s. Pour des clichés rares proposés entre 5.000 et 20.000, euros Vienne s'impose à l’international".

Récemment, un portrait de Marilyn Monroe, réalisée six semaine avant la mort de l’icone, a été adjugée pour près de 10.000 euros et celui de Che Guevara a trouvé preneur pour 12.000 euros, confirmant le regain d’intérêt des collectionneurs européens pour l’art photographique.
 


Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays