Connexion

Syndicate content

Marine et Monsieur H…

mercredi, 20 avril, 2011 - 15:47

L'article de myeurop sur le programme économique du Front National a suscité un débat virulent et passionné. Nous envisageons de le prolonger dans les prochaines semaines avec la participation d'internautes par une réflexion sur les dégâts de la mondialisation.   

C'est le moins que l'on puisse dire: l'article publié sous mon nom le 15 avril et intitulé "Sur l'économie, Marine Le Pen fait son marché chez Hitler", n'a pas été accueilli dans l'indifférence ! 168 commentaires en cinq jours, parfois longs, presque toujours passionnés et, surtout, exprimant très majoritairement un désaccord virulent avec le papier et son auteur.

Le désaccord va assez souvent jusqu'à l'injure: "vicieux", "méprisable", "cerveau putride", "immonde paltoquet", "pauvre taré"…. j'en passe et des meilleurs. Il va très souvent jusqu'à l'invective: "indigne d'un journaliste", "totalement irresponsable", "niveau zéro". Et cela touche le Front National lui-même, puisque un communiqué de Jean-Richard Sulzer, responsable de la commission économique du programme de Marine Le Pen, évoque un "article infâme" (…) "particulièrement ignoble" avant d'annoncer que "toutes les poursuites possibles" sont à l'étude.

Quid du PCF et de Staline ?

Je reste à vrai dire serein. Sachant que je n'ai en rien diffamé le Front National en évoquant une filiation de son programme économique avec celui des nationaux socialistes allemands. Qui serait choqué si j'évoquais une filiation économique entre le Parti Communiste Français et celui de Staline ? Je rappelle aussi un point important: en disant que Marine Le Pen "fait son marché", je postule que, parmi toutes les recettes à sa disposition, elle peut "picorer".

Quelques critiques plus mesurés, me reprochent, eux, d'avoir fait du "racoleur" avec "Hitler". Certains parlent bizarrement de point Godwin, loi selon laquelle "plus une discussion en ligne se prolonge, plus la probabilité d'une comparaison avec les nazis et avec Hitler se rapproche de 1". Mais avec moi, la probabilité est de 1 au départ ! J'aurais pu remplacer "Hitler" par "Hjalmar Schacht", son ministre de l'économie. Mais franchement, qui aurait compris ? J'aurais pu remplacer "Hilter" par "les nazis" ou "les nationaux-socialistes". En point Godwin, c'était se situer à 1,1 !

Bref, ne finassons pas. Le FN, qui prône systématiquement la préférence nationale, la sortie de l'euro, qui sous-entend celle de l'Union européenne… est à ranger parmi la famille politique nationaliste, bien qu'on ne puisse lui adjoindre le préfixe "ultra". Plus récemment, et surtout avec Marine Le Pen, le parti s'est éloigné, en économie, de ces anciennes positions libérales. Très interventionniste, très volontariste, favorable aux "petits" par rapport aux possédants, aux actionnaires, le FN prend, par ailleurs, une allure très socialisante. National et socialiste avec modération, voilà le FN d'aujourd'hui. On n'a bien sûr pas dit "nazi". Mais, forcément, l'approche, les conceptions sont voisines, cousines.

Cerveau putride…

Maintenant, je rappelle que, très consciemment, j'ai bien marqué que ma comparaison s'arrêtait à 1937. De la guerre, des déportations, du génocide, il n'en saurait être question. Ce n'est pas mon propos, ni mon arrière pensée. Mon article est économique.

Sur un seul point non économique, j'ai une petite interrogation: un partisan de l'UMP, du Modem, du PS et même du "front de gauche" ou du "NPA" m'aurait-il traité de "cerveau putride" ? J'en doute un peu.

Pour le reste, je vous renvoie, ci-dessous, aux réponses plus précises que j'ai faites à des commentaires spécifiques.

Toutes cela étant dit, mon propos n'est pas ici de me dédouaner. Car le nombre et la virulence des réactions montrent qu'un certain nombre de Français mettent leur espoir dans un parti perçu comme "hors système". Et qu'ils sont intéressés, voire séduits, par les recettes non conformes aux idées libérales et mondialistes qu'il propose. D'autres citoyens, a priori éloignés du FN, regardent également dans cette direction: à droite, notamment à l'UMP, comme à gauche (Front de gauche, parti communiste…). Ce thème est donc central.

Dans les prochains jours, myeurop va réaliser des interviews d'économistes autour de la question "Quelles politiques pour faire face aux dégâts de la mondialisation ?". Ces interviews pourraient, dès que nous aurons réglé certains points techniques, déboucher sur l'organisation d'un forum en ligne et en nourrir la discussion. Pour y participer, il faudra s'inscrire avec son nom et adresse véritables (mais l'utilisation en ligne d'un pseudo est toujours possible).

Pour conclure, rappelons que la philosophie de Myeurop est celle de l'ouverture, du dialogue et du rapprochement entre les peuples, notamment en Europe. Nous sommes par définition tolérants et respectueux vis-à-vis de tous, mais nous nous gardons bien d'être neutres. Que l'on ne voie pas derrière nous, des "mainstream" ou des "bien pensants". En tant que journalistes, nous nous méfions de tout et nous ne détestons pas "secouer le cocotier", quitte à prendre de temps en temps une noix en pleine poire…




Pays