Connexion

Syndicate content

Amnesty International tire une nouvelle cartouche

mercredi, 27 avril, 2011 - 13:59

Pour ses 50 ans, Amnesty International lance un jeu téléchargeable sur l'Iphone et l'Ipad. Le joueur, condamné à mort, doit arrêter les balles de ses bourreaux. Le but de cette campagne choc, dénoncer la peine de mort. C'est la première fois qu'une association prend une telle initiative.

A terre, un condamné à mort – vous – est traîné par des gardiens en uniforme hors de sa cellule. Autour, des cris, un homme ligoté, une matraque s’abattant sur les barreaux d’un cachot. Au bout, le peloton d’exécution. En face, cinq officiers tirent. "Arrêtez les balles", apparaît alors sur le téléphone portable. Cette vidéo brutale est un préambule au nouveau jeu proposé par Amnesty International.

L’application Iphone et Ipad Bulletproof, lancée le 21 avril dernier, place donc le joueur dans la peau d’un futur fusillé. Seul moyen de survivre, stopper les projectiles en touchant l’écran à l’endroit de l’impact. L’organisation humanitaire innove pour ses 50 ans. Elle souhaite sensibiliser à la question de la peine de mort à travers le jeu. Une façon d’impliquer le public davantage que dans un don classique.

Opération choc

Ludique mais coup de poing. "Parmi les milliers d’associations, on ne peut pas se contenter de campagnes molles. Il faut des idées neuves et différenciantes pour faire émerger les grandes causes", affirme Pascal Grégoire, cofondateur de La Chose, l’agence qui a imaginé Bulletproof. Amnesty International se défend de toute provocation gratuite.

C’est la réalité qui est extrêmement choquante. La montrer, brute, nourrit la réflexion. Le but n’est pas de choquer pour choquer",

explique Arnaud Humblot, responsable du pôle publicité de l’organisation en France.

Aucune intention, pourtant, de dénoncer les pratiques d’un pays en particulier. Les bourreaux de la vidéo pourraient être chinois, hypothèse récusée par Arnaud Humblot : "on a volontairement choisi un casting qui pouvait venir de n’importe quel pays d’Asie. Il s’agit simplement de faire écho à nos actions dans la région."

Apple refuse de reverser sa part

Bullet proof, disponible en 5 langues, est entrée dans le top 25 des applications payantes. La Chose attend entre 500 000 et 1 million de téléchargements. "Si on arrive à 250 000, on sera déjà contents", tempère le responsable de la publicité. Soit 250 000 donateurs potentiels puisque chaque joueur peut donner son mail afin de suivre l’actualité d’Amnesty International. Les adresses sont classées par pays et communiquées aux branches nationales de l'organisation.

Un bonus pour l’association, après les 79 centimes payés pour télécharger le jeu. Sur ce montant, 30% revient à Apple, via l’Apple store, son magasin d’applications en ligne. L’entreprise multinationale n’a pas voulu reverser ses gains à l’organisation, malgré ses demandes. Les 70% restants sont déposés dans un fonds spécial. L'objectif est de contribuer au développement des petites sections locales.

Un virage vers les nouveaux médias

Iphone oblige, Bulletproof vise une population jeune, pas toujours réceptive aux campagnes humanitaires. Jeune mais pas "geek". Facile à utiliser et rythmé, le jeu comporte dix niveaux. Des deux premiers, l’utilisateur sort vivant sans grandes difficultés. Pour le rester jusqu’au dernier, le joueur devra en revanche acquérir la dextérité de Néo, héros du film Matrix. Autre emprunt à la culture ciné, les graphismes, modernes, rappellent ceux de Valse avec Bachir.


Valse avec Bachir
par sunnysideofthedoc

Grâce à cette modernité affichée, Amnesty change son fusil d’épaule.

La nouvelle génération, entourée d’outils technologiques inédits, ne ressemble plus à celle des débuts de l’association, il y a 50 ans. Nous étions peu présents sur ces nouveaux médias. En prenant ce virage, nous essayons de combler notre retard.


Pays