Connexion

Syndicate content

Appels à l’étranger : Bruxelles s’attaque aux tarifs prohibitifs

mercredi, 6 juillet, 2011 - 16:57

La commission européenne vient, de nouveau, de plafonner le surcoût des appels de l'étranger avec un portable. Avec pour objectif une tarification identique aux appels nationaux. Mais aujourd'hui, combien ça coûte vraiment ? Enquête dans la jungle des tarifs.

Les valises sont déjà faites ! Prêt à partir pour les plages d'Espagne ou d'Italie. Avant de partir une question vous taraude : si j'utilise mon téléphone hors de France, combien cela va me coûter Question simple a priori. Après avoir consulté le site de votre opérateur, vous commencez à douter. On vous explique que tout dépend de votre forfait.
Ni une, ni deux, vous descendez à la boutique Orange, SFR, ou Bouygues en bas de chez vous. Un commercial au premier abord affable éludera le plus souvent la question, préférant essayer de vous vendre un super forfait !

En témoigne le dialogue surréaliste avec un vendeur à la boutique Orange de la rue des Pyrénées, à Paris :

Je pars deux semaines en Espagne. Est ce que je peux téléphoner avec mon forfait et à quel prix ?

– Vous pouvez prendre un forfait international de 139 euros/mois pour 2 ans.

Pour deux semaines je ne vais pas prendre un forfait de deux ans !

– Je n'ai pas d'autres offres.

Le surcoût à la minute sera de combien si je téléphone d'un autre pays de l'Union européenne ?

– 0,35 euros la minute

C'est cher !

– Si vous avez un ordinateur portable, vous pouvez utiliser Skype !

Des opérateurs de téléphonie mobile qui en viennent à conseiller Skype au lieu d'orienter le consommateur vers leurs services ! Le doute se confirme. Mieux vaut peut-être laisser mon téléphone dans un tiroir pour éviter les factures astronomiques à mon retour de vacances.

Plafonnement

C'est devenu un maronnier de la rentrée pour les médias: les factures téléphoniques de centaines, voire des milliers d'euros reçues par des utilisateurs trop bavards à leur retour d'un périple en Europe.

Depuis 2007, la Commission européenne s'occupe de ces tarifs prohibitifs, en mettant en place un plafonnement tarifaires pour les communications internationales. Pour les initiés, ces communications internationales sont appelées "appels en itinérance" ou "roaming".

Le "roaming" désigne le changement d'opérateur lorsque nous émettons ou recevons un appel depuis l'étranger. Ces communications sont facturées hors forfaits, à moins que vous n'optiez pour un forfait à 139 euros!

Deux factures

Nelly Kroes, la vice-présidente de la commission européenne chargée de la stratégie numérique est très claire : 

Les services d'itinérance sont excessivement chers. 

Pour elle, "La cause du problème, c'est le manque de concurrence". Madame le Commissaire s'est fixée deux objectifs: baisser les plafonds du roaming et créer les conditions véritables d'un marché concurrentiel sur le continent.

La commission souhaite fixer une tarification uniforme pour 2016. D'ici cette date, il devrait être possible d'appeler partout en Europe au même prix qu'une communication nationale. En attendant un appel émis ou reçu depuis un pays européen vous coûtera désormais 0,35 euros/min dès le 1er juillet 2011. Il s'agit du tarif maximum imposé par la commission européenne (voir le détail des changement dans le tableau ci-dessous).

 

 

Les opérateurs téléphoniques se retrouveront obligés de fournir deux factures à leurs clients. L'une pour les communications nationales. L'autre pour les communications internationales.

Un sur-coût inexpliqué

Autre nouveauté imposée par Bruxelles: il vous est théoriquement possible d'acheter une carte téléphonique à l'unité auprès d'un opérateur étranger sans changer de numéro de téléphone. C'est, de loin, la solution la plus économique, puisque vous payez la communication au tarif local si vous appelez un correspondant dans le même pays et sans roaming pour les appels à l'étranger.

Une question demeure sans réponse. Quel est le coût réel d'un service de roaming pour un opérateur téléphonique ? Les nouveaux plafonds imposés par la commission européenne suppose en effet deux hypothèses :

  1. Soit le roaming est réellement onéreux pour les compagnies de téléphone, auquel cas, ces compagnies devront faire face à un manque à gagner.
  2. Soit, le roaming ne représente qu'une faible part des coûts, ce qui supposerait que la tarification actuelle soit surélevée.

Interrogés sur cette question, les principaux opérateurs n'ont pas souhaités nous répondre. Bouygues Télécom invoquant pour sa part "des raisons stratégiques".

Opacité

Côté consommateurs, on se désole de cette opacité. Jean Marc Granier, de l'Institut National de la consommation avoue ne pas savoir expliquer cette sur-tarification pour le moins étrange.

Le roaming est permanent entre les compagnies de téléphone à l'intérieur de l'hexagone. Lorsque vous appelez d'une zone non couverte par votre opérateur, c'est le réseau d'un opérateur concurrent qui prend le relais. C'est ce qu'on appelle le roaming en zone blanche.

Pourquoi le roaming international, est-il si cher ? "Je n'ai pas tout les éléments pour vous répondre. Le service du roaming reste opaque. Les coût réels de l'itinérance sont très difficile à évaluer". Jean Marc Granier contredit Nelly Kroes sur le fait que le marché européen ne serait pas assez concurrentiel.

Plus du concurrence, c'est toujours mieux pour le consommateur, mais avec quatre gros opérateurs en France et une dizaines d'opérateurs virtuels, on peut considérer qu'il y a déjà une concurrence honnête en France. C'est certainement le cas dans les autres pays d'Europe.

Concurrence réelle ou fictive, appeler ses proches depuis l'étranger demeure un luxe. Au mois de février un sondage européen révélait que 72% des voyageurs européens déclaraient limiter leurs appels en itinérance à cause de leur coût.


Pays