Syndicate content

Les Européens ne sont pas des sportifs du dimanche

mercredi, 29 janvier, 2014 - 11:18

Il n'y a pas que le foot, ou l'athlétisme à la télé lors des Championnats d'Europe, dans la vie des Européens. Espagnols mordus au padel, Britanniques inconditionnels du cricket et du rugby, Italiens running addict... Quels sports font vraiment bouger les Européens? 

Dans l’Union européenne, 40 % des citoyens font du sport au moins une fois par semaine mais 25 % sont presque totalement inactifs (1). Peut mieux faire! Padel, foot, fitness ou…pétanque: quels sports rappellent les muscles au bon souvenir des Européens?

 

Les Espagnols, rois du "padel"

Peu connu en France, le padel est aujourd'hui le deuxième sport le plus pratiqué en Espagne derrière le foot! Né dans les années 60 au Mexique, sorte d'hybride entre le tennis et le squash, le padel, qui se joue en double, a décollé en Espagne à partir des années 2000, notamment grâce à… José María Aznar! En tant que fervent pratiquant, l'ex-chef du gouvernement en fit une promotion zélée.

Le terrain ressemble à un court de tennis, en plus petit, mais à la différence du tennis, les joueurs peuvent utiliser les parois qui entourent le court pour y faire rebondir la balle et surprendre les adversaires. Au début considéré comme un sport bourgeois, le padel a peu à peu séduit des publics très variés. Le pays compte plus de deux millions de joueurs réguliers. Même Rafa Nadal, l'idole tennistique, ne rechigne pas à taper quelques balles de temps à autre. Et les ventes de raquettes dépassent largement celles de tennis.

 

Au Royaume-Uni, cricket, rugby et running

Si le foot est de loin le sport le plus populaire du pays depuis le XIXe siècle, le rugby à XV et le cricket sont largement pratiqués au quotidien au Royaume-Uni. Ils sont enseignés dès l’école, puis leur pratique se poursuit entre adultes, aussi bien en compétition qu’amicalement. La présence d’une forte population d’immigrés venus des pays du Commonwealth n’est pas pour rien dans le succès pérenne du cricket. Les autorités estiment que 170.000 personnes jouent au rugby au moins une fois par semaine et que 270.000 jouent régulièrement au cricket.

Une autre pratique, moins comptabilisée, n'en envahit pas moins les rues et parcs du pays. Soirs et matins, les adeptes du running (le footing en bon français!) revêtent leurs combinaisons ultra modernes pour faire face aux températures frisquettes et aux intempéries inhérentes à la vie britannique.
 

Les Hongrois accros aux sports aquatiques

Avec ses nombreuses sources thermales, rien d'étonnant que la Hongrie soit un grand pays de sports aquatiques. Dix des 18 médailles hongroises aux jeux olympiques d’été à Londres ont été remportées dans l’eau. En Hongrie, quand il est question de sport national, on parle bien plus de water-polo que de football. Et les Hongrois sont des champions. L’équipe masculine s’est notamment hissée sur la première marche du podium aux jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Il en va de même pour la natation, source de nombreux trophées à l’international, et qui relève d'une pratique régulière pour de nombreux hongrois. Le canoë-kayak a également valu à la Hongrie de nombreuses médailles.

Sur le terre ferme, c’est le handball qui l’emporte haut la main, suivi du volley et du basket. Le club de hand-ball de Győr, a ainsi remporté la Ligue des Champions en 2013. Enfin, le patinage et le hockey sur glace viennent compléter le panorama. L’équipe hongroise évolue en division 1 en hockey. Et Budapest compte l'une des plus belles patinoires à ciel ouvert d’Europe, la patinoire "Du bois de la ville", ouverte en hiver. Enfin, le vélo connaît depuis dix an une progression fulgurante rassemblant jusqu’à 100.000 personnes chaque année aux parcours de critical mass.


L'étang de Városliget transformé en patinoire au pied du Château de Vajdahunyad, Budapest. Crédits: Themightyquill


Pêcheurs grecs et "vrais" sportifs

L’activité sportive la plus partagée par les Grecs est …la pêche! Du moins la "pêche amateur" comme on l’appelle ici, pour la différencier de l’importante activité professionnelle. Avec 15.000 km de côtes, 3000 îles et aucun point du pays à moins de 50 km de la mer, tout un chacun est pêcheur. A la ligne, au harpon, au filet… Pour le poulpe, il suffit de placer un pot en terre devant un rocher, dans lequel l'animal adore se lover. Le plus difficile étant de sortir le piège de l'eau avant que le mollusque ne s’échappe…

Bien qu'un permis de pêche (délivré sur simple demande aux autorités portuaires) soit requis, rares sont les Grecs qui en possèdent un. Il faut voir, les soirs d’été (et même d’hiver parfois) les bords de mer se remplir d’hommes et de femmes de tout âge, leurs glacières d’un côté et leurs appâts de l’autre, discutant tranquillement des dernières nouvelles du village tout en gardant un œil sur l’eau. Les plus malins se placent aux alentours des fermes marines, d’où s’échappent souvent de belles dorades. Un trou dans les filets, et c’est le jackpot assuré. Les freezers se remplissent à ras bord, de quoi adoucir pour quelque temps la rigueur de la crise.

Mais les Grecs sont aussi de vrais sportifs. Fanatiques de football de toujours, ils sont aussi devenus accros au basket depuis une trentaine d’années, depuis que la génération menée par Nikos Galis a gagné au championnat d’Europe en 1987. C’était non seulement le premier titre de la discipline remporté par une équipe grecque, mais aussi le premier obtenu dans un sport collectif. Les paniers de baskets ont commencé à fleurir dans les cours d’immeubles et les préaux de récréation.

Aujourd’hui, la Grèce est un grand pays de la discipline, devenue sport préféré des jeunes. Le pays a remporté à nouveau le championnat d’Europe en 2005 et s’est classé deuxième au championnat du monde en 2006 au Japon (cf photo ci-contre, crédits: Eckhard Pecher). La nouvelle génération est représentée par Giannis Antetokounmpo, un fils d’émigrés nigérians né à Athènes, qui a réussi à acquérir la nationalité grecque en devenant cette année le plus jeune joueur du Milwaukee Bucks, une célèbre équipe américaine de la NBA.


Les Italiens au gymnase

Bien sûr, il y a des Italiens qui tapent dans le ballon rond durant le week-end pour imiter leurs idoles. Et aussi ceux qui se contentent d’endosser leur survêtement et leurs Nike pour s’exciter sans se fatiguer devant la télévision en regardant les matchs de foot le dimanche.

Mais la tendance est aux salles de sport. Exit les costumes cravates le soir après le bureau, bienvenus les shorts et la sueur. Pour pouvoir exhiber de magnifiques biceps et faire frissonner les minettes sur les plages durant les beaux jours, rien ne vaut une bonne séance de poids et d'haltères.

Sans oublier les tapis roulants ou le spinning, une course pratiquée sur un vélo spécifique. Mais en période de crise, et malgré les promotions que lancent les salles de sport pour séduire la clientèle, le nombre d’Italiens running addict est en hausse constante. L’amour inconditionnel des Transalpins pour le sport s’explique aussi par la multiplication des campagnes publicitaires organisées par les associations médicales et le ministère de la Santé, qui prônent les retombées positives d’une séance de gym sur le corps… et l’esprit. 


Les Français, sportifs tranquilles

Les Français sont-ils sportifs? 65% d'entre eux, en tout cas, font du sport au moins une fois par semaine. Mais sans trop tirer sur leurs muscles tout de même…: l'important, c'est de participer!

La marche dite "de loisir" arrive ainsi en première position (2) en nombre de pratiquants, faisant de plus de la moitié des Français des sportifs auto-déclarés. En deuxième place sur le podium: la natation. Près d'un quart de nos compatriotes barbotent régulièrement dans le grand bain, et à peu près autant plébiscitent la petite reine. 

Plus étonnant, mais raccord avec cette image de sportifs tranquilles, la pétanque, avec quelques 5 millions de pratiquants, devance le foot! Rappelons tout de même que la fédération de football est celle qui déclare le plus de licences (plus de 2 millions), loin devant celle de pétanque. Les Français, on les comprend, se passent plus facilement de licence pour tenter d'atteindre le cochonnet que pour taper dans le ballon rond. (Ci-contre, terrain de pétanque à Nice, crédits: W. M. Connolley)

Autre constante dans les pratiques sportives: elles restent très genrées. Plusieurs familles d'activités sont majoritairement voire quasi exclusivement pratiquées par les femmes. Ainsi la gymnastique-fitness-wellness compte près de 80% de femmes parmi ses adeptes, tout comme la danse et l'équitation (3).


(1) Enquête Eurobamètre 2010.
(2)(3) Les chiffres clés du sport, février 2013, publication du ministère des sports. Les activités physiques ou sportives ont été reprises telles qu’elles ont été déclarées. Sur près de 280 activités différentes recensées, ont été retenues les 18 activités pratiquées par plus de 5 % de la population de 15 ans ou plus.

 




Pays