Syndicate content

Séries TV allemandes: une addiction fidèle et tranquille

lundi, 3 mars, 2014 - 15:42

Série policière à la papa, Tatort séduit depuis près d'un demi-siècle des millions d'Allemands. Un succès germanique que déclinent d'autres feuilletons télé, depuis le défunt Derrick à Verliebt in Berlin, très suivi par les ados.
Deuxième volet, après la Turquie, de notre enquête consacrée aux séries télés en Europe.

Il est 20h15 en ce premier dimanche de mars. La tenante du café Marianne, dans le quartier berlinois de Kreutzberg, baisse la lumière dans la salle où sont confortablement installés une quinzaine de clients, de tout âge, bière à la main.

Sur le grand écran placé au fond de la pièce, le bulletin d’informations de la chaîne publique ARD se termine et fait place au générique, un brin vieillot, de la série télé Tatort, le lieu du crime. L’ambiance est solennelle, les clients sont venus pour regarder l’épisode, sérieusement, pas pour papoter.
 


Un épisode de Tatort (sous-titres en anglais)

Série culte

Olivia, la petite quarantaine, est accompagnée de deux amies. Salariée dans une boîte de production, elle apprécie particulièrement l’épisode de ce soir qui se déroule à Vienne en Autriche. L’accent des acteurs est fort et Olivia tend un peu l’oreille pour tout comprendre. Il neige sur Vienne, deux policiers, Bibi Fellner et Moritz Eisner, anciens amants désillusionnés sur leur métier, enquêtent sur la mort de l’une de leurs collègues sur fond de réseau pédophile.

C’est une bonne histoire",

lance Olivia, qui laisse échapper de temps en temps de longues salves de rire.

Cette Berlinoise vient régulièrement dans ce café, le dimanche soir, pour regarder un épisode de cette série culte. "C’est une tradition de se réunir dans un café pour regarder Tatort" explique-t-elle.

Et c’est plus sympa que de rester seule, chez soi à la maison. On échange entre copines pour savoir si l’histoire est bonne ou pas. Un bon Tatort, c’est avant tout du suspens, de l’intelligence, de bons acteurs, un bon scénario et un bon thème".

Et ça dure depuis 44 ans

Tatort est un véritable phénomène de société de l’autre côté du Rhin. Lancée en novembre 1970 et produite par la chaîne publique ARD, elle réunit chaque dimanche plus de 8,5 millions de téléspectateurs.

Tatort détient le record de longévité de la télévision allemande. Elle est en cela un phénomène culturel du plus haut intérêt",

constate Hendrik Buhl, auteur d’un livre sur le sujet.

L’une des clés du succès de ces 800 épisodes réside dans la multitude des personnages, chaque épisode se déroulant dans une ville différente. Chaque téléspectateur a son petit chouchou, comme Nick Tschiller, commissaire à Hambourg et interprété depuis un an par Til Schweiger, l’un des rares acteurs allemands à mener une carrière à Hollywood. "Le Tatort de Münster est aussi très apprécié mais moi, je ne le trouve pas drôle" raconte Olivia, plutôt attirée par les épisodes suisses et autrichiens. 

Flair et flegme

"Evidemment, Tatort a une mission sociale" ajoute Hendrik Buhl:

La série évoque de manière distrayante des problèmes et des inconvénients de la vie en Allemagne, Suisse et Autriche, et elle incite les gens à réfléchir. Elle renforce aussi les normes et les valeurs par exemple en pointant du doigt le radicalisme de droite et la peur des étrangers."

Les téléspectateurs non allemands sont néanmoins souvent déconcertés par cette série très différente des séries policières américaines. Ici, pas de technologie ni de labos ultra sophistiqués à la NCIS ou Les experts. Ici, les policiers allemands laissent parler leur flair et leur intuition pour résoudre des affaires sur la base de la psychologie et du bon sens.

De plus, 90 minutes de programme au lieu des 30 ou 45 minutes des séries américaines, cela parait souvent long pour un non initié, ce qui explique le moindre succès de Tatort à l’export.

100 millions d'euros d'exportation
 

Pourtant ce style très allemand, assez lent et parfois jugé ennuyeux, a fait des adeptes à l’étranger via une autre série culte, Derrick. La série policière produite de 1974 à 1998 s’est vendue dans plus de 100 pays et sa star, l’acteur Horst Tappert a souvent raconté ne pas pouvoir prendre de vacances en Italie, France ou Espagne de peur d’être sans cesse reconnu par son public, plutôt âgé et retraité.

D’autres séries policières datant de la même époque comme le Renard, Alarm für Cobra 11 ou encore Commissaire Rex se sont aussi vendues dans une centaine de pays.

Toutefois, ces dernières années, les productions allemandes se diversifient et proposent d’autres genres, loin des séries policières. La France a ainsi acheté 645 épisodes de la série pour ados Verliebt in Berlin.

La série Berlin, Berlin a de son côté remporté en 2004 un Emmy Award et Alle Lieben Jimmy a fait carton plein en Turquie, en racontant  pour la première fois l’histoire d’une famille turque installée en Allemagne. On estime à 100 millions d’euros le montant des ventes de fictions télévisées allemandes à l’étranger. Un chiffre en constante hausse.


Volet n°1 de notre enquête sur les séries européennes: Les séries turques cartonnent à l’étranger.




Pays