Connexion

Syndicate content

Moins d’immigration clandestine aux frontières de l’Europe

vendredi, 12 janvier, 2018 - 14:53

Pour la deuxième année consécutive, le nombre de passages clandestins a diminué selon l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex)

Pour la deuxième année consécutive, le nombre de passages clandestins a diminué selon l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex). En 2017, ils étaient 204.300, soit une baisse de 60% de moins qu’en 2016. Si l’Italie a vu moins de migrants en provenance de Lybie (119.000 en 2017), elle reste le pays le plus touché et la pression reste forte. La majeure partie d’entre eux proviennent de l’Afrique de l’Ouest (Nigérians, puis Guinéens et Ivoiriens).

Mais en Méditerranée orientale (Grèce et Bulgarie), la situation reste inchangée malgré les accords entre l’Europe et la Turquie. Ce sont surtout les Syriens et les Iraquiens qui se pressent aux portes de la Grèce. Malgré le débat hexagonal sur le sujet, la France est relativement peu touchée.

L’Espagne, à nouveau

C’est par l’Espagne que le cycle des immigrations repart à la hausse. Le nombre d’arrivées de clandestins a doublé (22.900 en 2017), ce qui atteste de la rapidité avec laquelle les routes d’immigration évoluent. Le passage par l’Espagne est à nouveau privilégié pour éviter la Lybie et il se fait surtout par la mer (20.619), le reste préférant franchir les frontières terrestres des enclaves de Ceuta et Merilla. Cette vague concerne surtout les ressortissants de l’Algérie ou du Maroc.

Est-ce que cette baisse des immigrations en Europe va calmer les peurs et la xénophobie qui traversent les partis politiques de nos pays? Rien n’est moins sûr tant la crise migratoire de 2015 a frappé les esprits et continue d’être le théâtre de plusieurs milliers de décès en Méditerranée.


Réactions
Pays