Connexion

Syndicate content

Calais s’inquiète des conséquences du Brexit

mardi, 13 mars, 2018 - 06:40

La lenteur du trafic entre Calais et Douvres pourrait provoquer des bouchons de 45 kilomètres, la perte de denrées et des pénuries alimentaires.

Les négociations sur le Brexit n’avancent pas assez vite et le port de Calais redoute un blocage de la circulation si les procédures de douanes et de contrôle sanitaire sont modifiées, après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le responsable du terminal prédit des queues d’attente de plus de 45 kilomètres pour les camions. De son côté, Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, considère que le problème des échanges transfrontaliers sera dix fois plus important que ce qui est redouté entre la frontière des deux Irlande.

La lenteur du trafic entre Calais et Douvres pourrait ainsi provoquer des pénuries alimentaires. L’Angleterre importe 50% de ses besoins d’Europe et d’Irlande et même si cette proportion pourrait diminuer après le Brexit, des retards dans la chaine alimentaire pourraient entrainer la perte de certains produits. En se basant sur les projections de croissance de la population anglaise, ce sont tous les secteurs qui pourraient pâtir de la lenteur des échanges.

Vers de nouvelles routes

Cette inquiétude est partagée par les grands groupes économiques. DHL pourrait activer un nouveau trajet pour ses livraisons, entre Maidstone et Lille. Airbus a menacé de quitter le Royaume-Uni si des arrangements à la frontière ne sont pas trouvés. “Les ailes de nos avions y sont construites et ces parties doivent circuler facilement. Certaines pièces traversent la frontière trois fois” a déclaré Pascal Bermin, à la tête des affaires réglementaires européennes du groupe.

Le port de Calais s’est engagé dans un plan d’expansion sur trois ans à hauteur de 700 millions d’euros pour moderniser ses docs et les adapter à des ferries plus longs et plus larges. Les ports belges de Zeebrugge et hollandais de Rotterdam sont aussi dans la course aux nouveaux enjeux causés par le Brexit.


Réactions
Pays