Connexion

Syndicate content

L’Europe de l’Est polluée par les diesels allemands

dimanche, 15 avril, 2018 - 10:09

Tant que le standard de vie y sera inférieur à la moyenne européenne, l'Europe  de l'Est restera la nécropole des véhicules que les pays riches ne veulent plus voir.

On en parlait sur MyEurop il y a deux mois : l’interdiction des voitures diesel dans les grandes villes allemandes risque de déplacer le problèmes vers les pays voisins. Le marché de l’occasion étant florissant en Bulgarie, en Pologne et en Roumanie, les véhicules polluants du continent s’apprêtent à déferler sur l’est de l’Europe avec des conséquentes désastreuses sur l’environnement.

Les négociants se frottent les mains car ces nombreux véhicules solides et bon marché, âgés entre 5 et 10 ans, ont une longue vie devant eux. “Le risque que l’Europe de l’Est devienne le cimetière des diesels allemands est bien réel” estime Iavor Ivanor de l’entreprise CarStory.

Déplacement de la pollution

Les grandes villes de la région comme Cracovie ou Sofia ont battu des records de particules fines dans l’atmosphère en 2017 et la Bulgarie a déjà importé 28.000 de ces vielles voitures la même année. La Pologne fait en outre office de hub d’importation pour la Russie avec un marché de l’occasion qui ne cesse de progresser (+20% entre 2015 et 2016).

Le ministre bulgare de l’Environnement, Neno Dimov, a récemment répondu à ce risque écologique : “Que ceux dans l’UE qui interdisent l’usage des voitures diesel arrêtent aussi de les exporter”. Mais tant que le standard de vie sera inférieur à la moyenne européenne (le salaire moyen y plafonne à 500 euros en Bulgarie), l’Europe orientale restera la nécropole des véhicules que les pays riches ne veulent plus voir.


Mots clés
,
Réactions
Pays