Connexion

Syndicate content

Le commerce européen frappé par l’embargo américain sur l’Iran

samedi, 12 mai, 2018 - 09:00

Le tourisme, l'aéronautique, les géants de l'automobile et du pétrole sont en première ligne des multinationales qui risquent de perdre des contrats importants.

Suite à la décision de Donald Trump de dénoncer l’accord nucléaire iranien, de nombreuses entreprises américaines et européennes risquent de perdre des contrats importants avec la République islamique. Le rétablissement des sanctions américaines prenant effet immédiatement, les entreprises déjà engagées en Iran n’ont plus que quelques mois pour en sortir.

Les entreprises allemandes sont ainsi sommées par l’ambassadeur américain en Allemagne de cesser leurs activités “immédiatement”. L’Elysée a affirme que les Européens allaient “tout faire pour protéger les intérêts” de leurs entreprises en Iran “en intervenant auprès de l’administration américaine” au niveau de l’Union européenne. Le ministre de l’économie français, Bruno Le Maire, a en outre déclaré qu’il n’était “pas acceptable” que les Etats-Unis se placent en “gendarme économique de la planète”.

Des milliards de perte

Mais si les entreprises étrangères ne se retirent pas de l’Iran, elles pourraient être frappées par des mesures punitives de la part de l’administration Trump. Les grandes corporations sont en première ligne car elles avaient toutes des projets pour pénétrer le marché iranien, fort de plus de 80 millions de personnes.

Airbus est particulièrement frappé après la signature de commandes de compagnies aériennes pour 100 avions valorisés à près de 10 milliards de dollars. Renault, qui a vendu plus de 160.000 voitures en Iran l’an dernier, et PSA, déjà bien implanté dans le pays où il possède une part de marché de 30%, sont aussi concernés.


Réactions
Pays