Connexion

Syndicate content

La crise italienne bouscule les marchés

mercredi, 30 mai, 2018 - 16:07

L'incertitude politique et l’échéance de nouvelles élections mettent à mal la dette italienne sur les marchés internationaux.

L’Italie se trouve à nouveau dans une impasse politique qui va entraîner de nouvelles élections et l’incertitude de la positon des partis anti-système vis-à-vis de l’euro alarme les investisseurs et les épargnants. Au centre de ce que certains qualifient déjà de “chaos”, la dette italienne est dans la ligne de mire des marchés.

Le “spread”, l’écart entre les taux d’intérêt allemand et italien à dix ans, a atteint son plus haut niveau depuis novembre 2013, à 235 points. En deux semaines, il a gagné une centaine de points. La hausse du spread augmente la dette et réduit la possibilité de dépenses dans le champ social.

Une dette colossale

La dette italienne “pesait” fin mars 2302 milliards d’euros, soit presque 132% de son produit inférieur brut (PIB), le ratio le plus élevé en Europe derrière la Grèce, bien loin des 60% imposés par l’Union européenne. Or le programme annoncé par la Ligue et le M5S – dont les principales mesures coûteraient 100 milliards d’euros selon Oxford Economics – ne présentent pas beaucoup d’espoirs en termes de réduction de l’endettement.

Conséquence : l’agence Moody’s a placé la note de la dette italienne sous surveillance en vue d’une éventuelle dégradation. Les banques italiennes sont les premières concernées puisqu’elles détiennent plus de 20% de cette dette selon CMC Markets UK. Par contagion, les taux d’intérêts portugais, grec et espagnols se sont eux-mêmes tendus ces derniers jours.


Mots clés
,
Réactions
Pays