Connexion

Syndicate content

La qualité de l’eau des rivières européennes en question

mardi, 3 juillet, 2018 - 13:46

La lutte contre la pollution due à l'agriculture, à l'industrie et aux ménages exige des efforts conjoints de l'ensemble des usagers de l'eau dans toute l'Europe.

La grande majorité des rivières, estuaires et lacs européens ne parvient pas à respecter le niveau de qualité minimal à cause de la dégradation de l’habitat et de la pollution. Selon le dernier rapport de l’Agence européenne pour l’environnement, seulement 40% de ces eaux de surface sont en bonne condition.

La qualité de l’eau s’est pourtant améliorée depuis 2010 et les Etats membres ont déployé d’importants efforts en renforçant le traitement des eaux usées et en réduisant le ruissellement des polluants agricoles. Les mesures ont été prises pour rendre les obstacles franchissables par les poissons migrateurs et restaurer les écosystèmes aquatiques dégradés.

Mais la surexploitation, la pollution et les structures telles que les barrages représentent toujours des menaces majeures pour la santé des rivières et des estuaires européens.

Difficile d’atteindre l’objectif minimum de “bon état”

Cette évaluation de l’état de l’eau en Europe est la deuxième publiée par l’AEE depuis 2012. Par rapport aux eaux de surface, les sources d’eau souterraine ont généralement un meilleur état. Un bon état chimique a été atteint pour 74% des eaux souterraines et un bon état quantitatif a été atteint pour 89% de ces nappes.

Mais l’Europe se donne un objectif de qualité pour 2020 qui ne sera sûrement pas atteint. C’est principalement à cause de la contamination des sites par les nitrates provenant des ruissellements agricoles, les intrusions salines et l’infiltration de produits chimiques dangereux. La substance chimique la plus courante est le mercure qui provient des engrais phosphatés et de la production métallurgique.


Réactions
Pays