Connexion

Syndicate content

Strasbourg hausse le ton envers la Hongrie

jeudi, 13 septembre, 2018 - 15:20

Même s'il n'a pas encore prouvé son efficacité, l'article 7 des traités est une procédure exceptionnelle qui illustre le malaise européen face à la politique de M. Orban.

Le Parlement européen pointe du doigt la Hongrie et la menace “systémique” des valeurs de l’Union européenne et demande désormais au Conseil européen de lancer une procédure de sanction contre le pays pour non-respect de l’Etat de droit. L’article 7 est le mécanisme le plus radical visant un pays qui ne respecte pas les règles.

Victor Orban se trouve ainsi directement concerné par le rapport de l’élue verte néerlandaise Judith Sargentini sur la politique du premier ministre hongrois. Le vote a été adopté à une large majorité : 448 voix pour, 197 contre et seulement 48 abstentions.

Une procédure lourde de conséquences

La droite européenne se trouve face à un choix historique, qui pourrait avoir des conséquences pour l’ensemble de l’équilibre politique continental, à plus de six mois du scrutin de mai 2019. Le Parti populaire européen (PPE) reste néanmoins divisé sur le cas hongrois et la pression a monté d’un cran après la visite de M. Orban au ministre de l’intérieur italien et chef de file de la Ligue, Matteo Salvini, à la fin août.

Le rapport de l’élue Verte néerlandaise énumérait les nombreux reproches du virage de la politique hongroise : menaces sur la liberté des médias, remise en cause de l’indépendance de la justice, attaques régulières contre les ONG, regain d’antisémitisme, mais surtout la politique migratoire d’Orban.

“L’Union européenne est fondée sur la liberté, la démocratie, l’égalité, l’Etat de droit, le respect des droits de l’homme et une société civile libre. Le PPE ne fera pas de compromis là-dessus, quelle que soit l’affiliation politique” avait déclaré le président du PPE, Joseph Daul.


Mots clés
Réactions
Pays