Connexion

Syndicate content

L’Europe enquête sur Amazon

vendredi, 21 septembre, 2018 - 11:18

L'enjeu des données est vital puisque le commerce de demain sera basé sur le marketing de personnalité.

Après Google, Starbucks et Apple, la Commission européenne à la Concurrence, par la voix de Margrethe Vestager, se penche sur le fonctionnement d’Amazon, particulièrement l’utilisation des données que le géant de l’e-commerce collecte grâce à ses détaillants sur sa plateforme. Bruxelles soupçonne qu’Amazon de posséder ainsi un avantage concurrentiel.

 

Cette enquête reste informelle et ne provient pas d’un dépôt de plainte : “Nous avons commencé une enquête préliminaire sur un éventuel abus de position dominante” a déclaré Margrethe Vestager. La Commission soupçonne Amazon d’exploiter les données récupérées auprès des marchants tiers pour “faire ses propres calculs” et “voir ce que les gens veulent comme offre, et ce qui les fait acheter tel ou tem produit”.

 

Un contrôle qui reste difficile

 

La Commission peine à peser de tout son poids sur la compagnie de Seattle et aux Etats-Unis, Donald Trump estime aussi qu’Amazon bénéficie d’une “situation particulièrement anticoncurrentielle”. Amazon est conscient de ce risque et dépense 2 millions de dollars de lobbying auprès de l’Union européenne et pas moins de 13,3 millions de dollars auprès du régulateur américain.

 

Amazon bénéficie d’une “double position”, à la fois distributeur et hôte pour ses concurrents. L’année dernière, Google avait été sanctionné d’une amende de 4,3 milliards d’euros concernant sa stratégie sur le mobile. Mais la Commission européenne à la Concurrence perd parfois ses combats. Elle a du reconnaître qu’elle n’avait rien à reprocher, après trois ans d’enquête, à McDonalds malgré ses astuces fiscales au Luxembourg.


Mots clés
,
Réactions
Pays