Connexion

Syndicate content

Prix Nobel: l’Europe continue de dominer, sauf en économie

mercredi, 10 octobre, 2018 - 16:51

En 2018, six Américains se sont vu décerner un prix Nobel contre seulement deux Européens. Pourtant, depuis 1901, le vieux continent a obtenu plus de la moitié des prix décernés, en particulier en littérature. Mais l’économie n’est pas son fort.

Lundi dernier, l’attribution des prix Nobel 2018 s’est achevée avec le « Nobel d’économie » qui a récompensé les Américains William Nordhaus et Paul Romer pour leurs travaux concernant l’impact sur la croissance de la lutte contre le réchauffement climatique.

Parmi les douze lauréats de cette année, on compte, outre six Américains, un Canadien, un Japonais, un Congolais et une Irakienne. Ainsi que deux Européens, un Britannique et un Français, Gérard Mourou, « co-nobélisé »  en physique pour ses travaux sur le laser.

De la dynamite au service rendu à l’humanité

Mais quelle est l’origine du prix Nobel ? Mort en 1896, l’industriel et fabricant d’armes suédois – il a notamment inventé la dynamite – Alfred Nobel (sa médaille en photo), sans doute pris d’un remord ultime, a par testament consacré sa fortune à la création d’un prix récompensant les personnes ou organisations ayant rendu de grand services à l’humanité dans le domaine de la paix, de la littérature, de la médecine, de la physique et de la chimie.

Décernés depuis 1901, ces prix se sont vu adjoindre, à partir de 1969, un prix d’économie « décerné par la Banque centrale de Suède » en mémoire d’Alfred Nobel. Chaque prix est actuellement doté de 880.000 euros.

Plus de 500 « nobélisés » européens

584 prix ont été attribués depuis 117 ans, à un, deux ou trois lauréats, le nombre de ces derniers atteignant désormais 935. Mais si l’on se penche sur le nombre de lauréats par pays, le chiffre dépasse largement le millier puisqu’un certain nombre d’entre eux figurent dans les listes de plusieurs pays, celui où ils sont nés et celui ou ceux où ils ont finalement vécu.

Cela ne va pas sans quelques bizarreries : par exemple, le prix Nobel de la Paix 1952, l’Alsacien Albert Schweitzer, est dans la liste des prix Nobel français mais également dans celle des Nobel allemands puisqu’à sa naissance, l’Alsace faisait partie de l’Empire allemand…

Au palmarès des Etats d’origine des prix Nobel, les Etats-Unis sont en tête avec 377 couronnés. Ils sont suivis par le Royaume-Uni (130), l’Allemagne (108) et la France (69).

La Suède, pays d’origine du Nobel, réalise un excellent score de 32 prix et la petite Suisse, avec 26 lauréats, devance l’Autriche, les Pays-Bas et même l’Italie qui comptent une vingtaine de nobélisés.

Au total, l’Europe au sens large (mais sans la Russie ni la Turquie) dépasse largement les 500, soit une bonne moitié du total mondial.

Nobel d’hier et d’aujourd’hui

Sans que ce soit forcément le signe d’un moindre rayonnement intellectuel ou scientifique, on remarque que la France ou l’Allemagne comptent presqu’autant de prix Nobel attribués avant 1950 que depuis.

C’est également le cas de la Suisse et de l’Autriche. Au contraire, l’Italie et le Royaume-Uni ont vu les deux tiers de leurs lauréats nationaux être couronnés depuis 1950.

Le Royaume-Uni, champion européen sur la paix, l’économie, la médecine…

Avec ses onze Nobel d’économie, le Royaume-Uni est bien loin des 54 nobélisés américains mais laisse sur place la France et la Norvège (3 lauréats chacun) et compte dans cette discipline autant de Nobel que les neuf pays européens suivants.

Les Britanniques dominent également nettement le vieux continent en médecine (34 prix Nobel contre 24 en Allemagne et 13 en France).

En revanche, si l’on en vient aux prestigieux prix Nobel de la Paix, la France fait pratiquement jeu égal avec le Royaume-Uni (12 contre 13). Parmi les lauréats français, on peut citer René Cassin, co-auteur de la déclaration universelle des droits de l’homme, Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT et fondateur de FO, le ministre des affaires étrangères Aristide Briand et l’organisation Médecins Sans Frontières.

Côté britannique, Amnesty International, et les deux militantes pour la paix en Irlande du Nord que sont Betty Williams et Mairead Corrigan.

Pour l’Allemagne, on retiendra le chancelier Willy Brandt ainsi que le courageux journaliste anti-nazi Carl von Ossietzky, couronné en 1935 et plusieurs fois interné par le régime.

Pour sa part, l’Allemagne se distingue en matière scientifique puisque c’est elle qui compte en Europe le plus de prix Nobel de chimie et également de physique (deux fois 33), un peu plus que le Royaume-Uni mais près de trois fois plus que la France (14 et 11).

La France domine en littérature…

Celle-ci ne se distingue vraiment qu’en matière de littérature, domaine où elle compte 16 prix Nobel contre 13 au Royaume-Uni, 12 aux Etats-Unis, 10 en Allemagne et 8 en Suède.

Les célébrités françaises couronnées sont nombreuses. Des Nobel de littérature les plus récents comme Patrick Modiano ou Jean-Marie Le Clézio aux auteurs prestigieux que sont Jean-Paul Sartre (même s’il a refusé le prix en 1964), Saint-John Perse, Albert Camus, François Mauriac, André Gide, Anatole France…

Les Britanniques ne sont pas en reste avec Doris Lessing, Harold Pinter, Bertrand Russel, George Bernard Shaw ou Rudyard Kipling… Ni les Allemands qui ont vu consacrer Thomas Mann, Herman Hesse, Heirich Böll et Gunther Grass… ou encore les Italiens avec Dario Fo ou Luigi Pirandello.

… ainsi que l’Europe en général

La domination européenne est très forte en littérature puisque sur 113 lauréats couronnés depuis 1901, 81 sont Européens, la France étant le numéro un mondial avec ses 16 Nobel.

Mais l’Europe domine également dans d’autres domaines : sur le prix Nobel de la Paix, le Vieux continent obtient 52 prix contre 23 pour les Etats-Unis et le Canada.

L’Europe domine encore l’Amérique du Nord sur les trois prix scientifiques (physique, chimie, médecine) avec 330 lauréats contre 266.

Reste un domaine qui fait exception : les Américains sont deux fois plus primés que les Européens en économie (57 contre 26). Une tendance confirmée en 2018.


Réactions
Pays