Connexion

Syndicate content

Angela Merkel : la fin d’une époque

mardi, 30 octobre, 2018 - 14:56

La presse allemande salue "la classe de se retirer sans combattre".

Désavouée par les mauvais résultats enregistrés par la CDU à l’élection régionale de la Hesse, la chancelière a décidé de ne pas se représenter à la présidence de son parti début décembre. Cette décision survient au bout de presque 13 années au pouvoir et, à 64 ans, Angela Merkel n’ira pas plus loin que la fin de son mandat, prévu fin 2021.

Le nouveau revers électoral a été celui de trop, après des mois de crises gouvernementales. La coalition d’Angela Merkel est arrivée en tête, avec 27% des voix, mais accuse un recul de dix points par rapport au scrutin de 2013.

Inquiétude en Europe

Les marchés n’ont pas attendu pour réagir avec une baisse de l’euro en début de matinée. Le départ de la chancelière lance la refonte de la CDU et des alliances de ce parti. Le parti chrétien-démocrate allemand a désormais la possibilité de se repositionner, et même de se réinventer. Mais le contexte est plus que jamais complexe dans son domaine préféré, l’Europe.

Avec le Brexit, la crise italienne et les affrontements sur l’immigration, l’Europe ne peut pas se permettre une chancelière affaiblie. L’Allemagne est censée jouer un rôle moteur sur le Continent mais le pays a du se concentrer, depuis plusieurs mois déjà, sur sa politique intérieure. Et l’année 2019 comportera de forts enjeux électoraux avec les élections européennes de mai, quatre élections dans les Länder dont certains où la chancelière est particulièrement critiquée.


Mots clés
Réactions
Pays