Connexion

Syndicate content

Le déficit français ne sera pas accepté par l’Europe

jeudi, 13 décembre, 2018 - 15:57

La France sortait à peine d'une procédure pour déficit excessif, la voilà à nouveau rappelée à l'ordre par la Commission européenne.

Face à la crise des “gilets jaunes”, Emmanuel Macron a annoncé des mesures d’urgence qui entraîneront une sortie probable de la règle européenne des 3% de déficit. Ce mardi, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a chiffré à 10 milliards d’euros le coût de ces mesures tout en reconnaissant que le déficit budgétaire atteindrait 3,4% l’an prochain. La France frôlerait donc la limite de 3,5%, ce qui motivera la réouverture automatique d’une procédure.

Le commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, a aussitôt rappelé que les règles du Pacte de stabilité européen autorisaient dans certains cas des dérapages budgétaires. Mais cette déviation doit être “temporaire, limitée et exceptionnelle”, tant que le dépassement ne dure pas deux années consécutives ni n’excède 3,5% sur un an.

“Pas deux poids deux mesures”

La France ne bénéficiera pas d’un traitement de faveur alors que l’Italie subit de fortes pressions à cause de son budget pour 2019, qui prévoit un déficit de 2,4%. Si la France n’a pas le même endettement que l’Italie (un peu moins de 100% contre plus de 130% respectivement), Pierre Moscovici a déclaré: “Il est hors de question d’avoir un traitement privilégié pour les uns et exagérément sévère pour les autres”.

De son côté, le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a réagi ce jour même : “Je refuse d’imaginer qu’on fasse semblant de rien devant les demandes ‘milliardaires’ qui arrivent d’un Macron en difficulté évidente et qu’on s’en prenne aux poches des Italiens”.


Réactions
Pays