Syndicate content

Hongrie : Viktor Orbàn contesté

lundi, 7 janvier, 2019 - 10:06

La loi "esclavagiste" sur les heures supplémentaires est au cœur de la contestation qui rassemble tous les partis d'opposition.

La fronde sociale s’installe en Hongrie et 6000 personnes ont manifesté samedi dernier à Budapest contre le Premier ministre national-conservateur Viktor Orbàn. Ce mouvement est né avec l’adoption mi-décembre d’une loi étendant à 400 le nombre d’heures supplémentaires qu’un employeur pourra demander à ses salariés d’effectuer chaque année, soit l’équivalent de deux mois de travail, payables trois ans plus tard.

La manifestation a été organisée par l’ensemble des partis d’opposition et des syndicats ainsi que par des ONG. Avant Noël, la contestation a donné lieu à une dizaine de jours de rassemblements, parfois émaillées de violences. Plusieurs villes de province ont été aussi touchées. Une grève nationale est prévue le 19 janvier.

“Orbàn dégage!”

L’opposition demande aussi la suppression d’une récente réforme de la justice menaçant de réduire l’indépendance des magistrats et l’indépendance des médias publics. Le représentant du parti libéral DK (opposition), Csaba Molnàr, a déclaré à la tribune : “Nous voulons un véritable changement de régime, nous ne sommes pas opposés au gouvernement, mais à l’ensemble du système”.

Viktor Orbàn a pourtant été réélu confortablement en avril dernier pour un troisième mandat consécutif et ne cache pas son admiration pour le président russe Vladimir Poutine. Mais le mécontentement est nourri par la mainmise du parti gouvernemental sur tous les secteurs de la vie publique. Les partis d’opposition, affichant pour une fois leur unité, ont promis de faire de 2019 “l’année de la résistance”.


Mots clés
Réactions
Pays