Connexion

Syndicate content

Nouveau signal d’inquiétude pour la croissance européenne

dimanche, 27 janvier, 2019 - 15:46

L'Allemagne exclut une récession et prévoit une croissance de 1,6% en 2020 - mais un Brexit dur pourrait avoir des répercutions à long terme.

L’Allemagne est souvent considérée comme le moteur de l’économie européenne et voilà que Berlin révise à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019 : le produit intérieur brut (PIB) ne progresserait que de 1% cette année – au lieu de 1,8%. Déjà, un ralentissement conjoncturel a été confirmé au second semestre 2018, l’Allemagne ayant ramené sa croissance pour l’année à 1,5%, après deux années d’euphorie, où le PIB avait progressé de 2,2%.

On pensait ce ralentissement passager, mais le Fonds monétaire international (FMI) a ramené ce lundi 21 janvier sa prévision pour l’Allemagne à 1,3%, contre 1,7% anticipé auparavant. Depuis, l’indice Ifo du moral des entreprises a décroché, pour atteindre son niveau le plus faible depuis 2016. “L’économie allemande ralentit” a déclaré Clemens Fuest, de l’IFO, l’institut économique de Munich.

Brexit et difficultés chinoises

L’inquiétude principale provient des effets d’un Brexit sans accord car tous les industriels allemands se préparent désormais au “no deal”, alors que le Royaume-Uni est un important client des constructeurs automobiles. La réintroduction des droits de douane ferait flamber les coûts des entreprises. De nombreux sous-traitants fabriquent outre-Manche des pièces qui entrent dans la composition de véhicules assemblés sur le continent.

Les prévisions à la baisse de l’économie chinoise sont un autre facteur d’instabilité. Avec 6,6% de croissance, la conjoncture chinoise est à son plus bas niveau depuis un quart de siècle, selon une source gouvernementale. Si aucun accord entre les Etats-Unis et la Chine n’est trouvé avant le mois de mars, de nouvelles hausses de droits de douane sont à prévoir.

Réactions
Pays