Syndicate content

L’Europe et l’ONU épinglent la police française

samedi, 16 février, 2019 - 12:48

Le Parlement européen et l'ONU s'inquiètent des méthodes employées par les forces de l'ordre lors des manifestations.

La médiatisation du mouvement des “gilets jaunes” a traversé les frontières et les images de violence ont fait le tour du monde. Ce jeudi, les députés européens ont condamné l’usage “disproportionné” de la force de police tout en évitant d’appeler à l’interdiction des lanceurs de balles de défense (LBD), mis en cause dans les manifestations.

La résolution a été votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions. Le texte ne cible pas un Etat, mais le débat animé a abordé la situation en France, même si d’autres pays ont été mentionnés comme la Roumanie, l’Espagne, la Hongrie et la Grèce. L’eurodéputé Yannick Jadot a déclaré : “Il n’y a qu’en France, en Pologne et en Grèce qu’il y a un usage sans limite de ces instruments qui (…), selon les équipes médicales, causent des blessures de guerre”.

Une condamnation internationale

L’ONU est aussi intervenue dans un communiqué publié le même jour. Le texte dénonce un “nombre élevé d’interpellations et de gardes à vue, des fouilles et confiscations de matériel de manifestants, ainsi que des blessures graves”. Les experts alertent également sur le risque de “sévères restrictions à la liberté de manifester que pourrait causer la loi anticasseurs. Ces dispositions pourraient être appliquées de manière arbitraire et conduire à des dérives extrêmement graves”.

“Nous encourageons la France à repenser ses politiques en matière de maintien de l’ordre et encourageons les autorités françaises à ouvrir des voies de dialogue afin d’atténuer le niveau de tension et de reconnaître le rôle important et légitime que les mouvements sociaux jouent dans la gouvernance” ont conclu les experts.


Réactions
Pays