Syndicate content

Non, la France n’a pas le meilleur système de santé du monde

mercredi, 27 février, 2019 - 10:39

Jugé en souffrance mais néanmoins excellent, le système français de santé n’est que dans la bonne moyenne européenne. Selon l’étude annuelle d’un organisme suédois, il est moins performant que les systèmes suisse, néerlandais ou scandinaves.

Les soins de santé et la situation des hôpitaux constituent un sujet récurrent de débat en France. D’un côté on dénonce la dégradation des soins, le surmenage des personnels, l’encombrement des urgences, le manque de moyens …

Mais, paradoxalement, une bonne partie de la population tombe d’accord avec les pouvoirs publics pour reconnaître que le système de santé français est « le meilleur du monde ».

Sur un aussi vaste sujet, il est toujours aléatoire de faire des comparaisons. Toutefois, depuis 13 ans, un « Think Tank » suédois, « Health consumer Powerhouse » publie tous les ans un indice européen de la consommation de santé (l’indice EHCI) qui évalue les performances des systèmes du point de vue des utilisateurs. L’indice 2018 vient d’être publié.

L’indice EHCI : 50 critères du point de vue des consommateurs

Cet indice est construit à partir de cinquante critères classés en six thématiques : information et droits des patients, accès aux soins, efficacité des traitements, variété des services offerts, prévention et utilisation des produits pharmaceutiques.

Chaque critère se voit accorder une note pondérée – par exemple l’efficacité des soins « pèse » trois fois plus que l’utilisation des médicaments. L’addition de ces notes permet d’aboutir à un score final pour chaque pays dans une fourchette allant de 300 (performance globale désastreuse) à 1000 (performance idéale).

La France classée onzième en 2018

Si l’on en croit l’indice EHCI, le système français de santé pouvait effectivement apparaître, au début du siècle, comme « le meilleur du monde »: en 2006, il occupait la première place du podium la première place parmi les 28 pays européens alors examinés.

Mais douze ans plus tard, en 2018, alors que le nombre de nations étudiées est passé à 35 – soit les membres de l’Union européenne plus la Suisse, la Norvège, l’Islande et plusieurs pays des Balkans – l’Hexagone est tombé à la onzième place du classement.

En 2017, il occupait la dixième mais avec un score bien supérieur de 825 contre 796 l’an dernier. Il faut dire qu’en 2018, les critères ont été durcis et pratiquement tous les pays réalisent un score inférieur à 2017.

Suisse, Pays-Bas et Scandinavie excellent

Pour la première fois depuis de longues années, les Pays-Bas laissent la première place à la Suisse qui atteint une performance de 893, chiffre très satisfaisant puisque l’excellence absolue se situe à 1000. Par comparaison, le pays doté en Europe du système de santé le moins performant, l’Albanie, réalise un score de 544.

Outre les deux champions évoqués, on retrouve dans les douze premiers, les pays scandinaves (3ème, 4ème, 6ème et 8ème), la Belgique (5ème) l’Autriche (9ème) et l’Islande (10ème).

L’Allemagne, classée l’an dernier à la septième place recule à la douzième, juste derrière la France. Mais d’autres pays voisins sont plus mal classés que l’Hexagone: le Royaume-Uni (16ème), l’Espagne et l’Italie (19 et 20 èmes). Sauf pour la République tchèque, la totalité des pays de l’Est se situe dans la seconde moitié du classement.

La France à la traine en matière de prévention…

Un examen par thématiques montre que, sur l’information et les droits des patients, Pays-Bas et Norvège sont les mieux notés, la France ne se plaçant qu’en milieu de classement dans ce domaine, derrière même le Royaume-Uni. Cela dit, le système français reste à cet égard satisfaisant.

En termes d’accessibilité aux soins, la France se classe 5ème, derrière la Suisse et la Belgique, mais devant tous les autres grands pays européens. L’Hexagone finit tout aussi bien – à la 3ème place – quant à la disponibilité et à l’usage des médicaments avec toutefois un point noir : le recours excessif aux antibiotiques.

Mais la France est médiocrement notée – au 19ème rang – en matière de prévention, spécialement dans la lutte contre l’alcoolisme. Tous ses voisins – y compris l’Italie et l’Espagne – ont une stratégie de prévention plus efficace.

… et seulement dans la bonne moyenne sur l’efficacité des soins

Dans le domaine jugé le plus impactant, celui de l’efficacité des soins, la France se place à la douzième place, c’est à dire honorablement, mais derrière l’Allemagne et à égalité avec l’Italie et assez loin des Pays-Bas de la Suisse et du Danemark.

Par exemple, en termes de traitement des AVC, le système français se montre efficace, tout comme les systèmes allemands ou italiens. La prise en charge du cancer est également excellente avec un taux de survie de près de 70%, un peu inférieur toutefois à ce qu’il est en Suisse, en Irlande ou en Norvège.

Quant au temps d’attente pour une opération chirurgicale, il est raisonnable en France mais Allemagne et Belgique font beaucoup mieux.

Pour ce qui est des infections durables contractées à l’hôpital (dites « nosocomiales »), la France n’apparaît qu’en milieu de classement derrière tous ses voisins du nord. Autre faiblesse de l’Hexagone : les dialyses à domiciles qui ne représentent que 7% des dialyses contre 25% en Scandinavie.

Enfin, en termes de prises en charge publique des soins, la France se situe dans la bonne moyenne avec 78% de taux de prise en charge et fait mieux, à cet égard, que l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne. Mais Suède, Danemark et Pays-Bas sont à 85% et le Royaume-Uni à 82%.

Des dépenses de santé logiquement élevées

Avec 11% de dépenses de santé par rapport au PIB, la France se situe juste en dessous du niveau allemand (11,3%) mais un peu devant les dépenses néerlandaises ou danoises (10,5%). En Europe, seule la Suisse dépense sensiblement plus : 12,4% de sa richesse nationale.

En résumé, le système français de santé tient la route et son coût n’est pas injustifié. Mais prétendre qu’il est « le meilleur du monde », c’est de la forfanterie à la française !


Réactions
Pays